Enquête : quand le doctorat met la santé mentale à rude épreuve

·1 min de lecture

Ce n’est pas un stéréotype : les doctorants, comme les internes en médecine, sont une population à risque concernant la dépression, l’anxiété et les idées suicidaires. Une récente revue de la littérature parue dans Scientific Report estime la prévalence de la dépression à 24 % et de l’anxiété à 17 %. Des chiffres hautement supérieurs à ce que l’on observe chez le commun des mortels. Néanmoins, cet état de fait ne veut pas dire que l’expérience que constitue le doctorat est affreuse. Parfois, elle peut être satisfaisante et épanouissante. Pourtant, même dans ces cas-là, des influences nocives persistent. Avant de se lancer, il faut donc se poser les bonnes questions et récolter les informations adéquates. Enfin, des efforts considérables doivent également être réalisés du côté des institutions et du ministère chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche (ESR).

Un environnement hostile

Dans la revue de la littérature susmentionnée, les variables qui corrèlent avec la dégradation de la santé mentale chez les doctorants sont nombreuses : problèmes avec le projet de thèse et/ou avec le superviseur, pression à la productivité, doute sur ses compétences, perspectives de carrière incertaines, conditions de vie précaires, stress financier, manque de sommeil, sentiment d’être dévalué, isolation sociale, difficultés à maintenir une vie en dehors de la thèse et sentiment d’isolation et de solitude. L'ensemble de ces points se retrouve dans les témoignages des doctorants et des anciens doctorants que nous avons interrogés. 

Mathilde Maillard, actuellement doctorante en ingénierie biomédicale et fondatrice du podcast Bien dans ma thèse, ajoute qu’il existe une forte inégalité entre les disciplines et les écoles doctorales : « certains paramètres comme la pression à la publication ou l’accès à des formations sur la gestion du stress et des émotions dépendent de ces deux variables. Cette hétérogénéité est inadmissible. »

Une culture de la difficulté 

Après avoir énuméré...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles