Enquête sur David Rachline : Le Rassemblement national annonce avoir déposé plainte contre "L'Express"

Enquête sur David Rachline : Le Rassemblement national annonce avoir déposé plainte contre
Enquête sur David Rachline : Le Rassemblement national annonce avoir déposé plainte contre "L'Express" - Abaca

Le président du Rassemblement national Jordan Bardella était ce matin dans la matinale de RTL.

La contre-attaque. Ce matin, Jordan Bardella, le président du Rassemblement national, était l'invité de l'interview d'Amandine Bégot sur RTL. Au cours de l'entretien, la journaliste a interrogé le député européen concernant une enquête de "L'Express", parue la semaine dernière, dans laquelle l'hebdomadaire évoquait le train de vie "de prince" de David Rachline, maire RN de Fréjus, citant entre autres une montre achetée à 15.000 euros en partie en liquide au nom de son chauffeur, des soupçons de corruption et ses relations troubles dans le BTP.

"Il y a un article qui est sorti dans 'L'Express' et 'L'Express' est poursuivi en diffamation par la mairie de Fréjus", a répondu Jordan Bardella. Et de préciser : "Il a porté plainte. Ses avocats ont en tout cas porté plainte. La ville a effectué un droit de réponse sur des 'on dit que' de la part de gens qui sont des adversaires locales du maire de Fréjus. Je le rappelle, il a été réélu dès le premier tour en 2020".

"Ils se sont tous vendus très vite ?"

Amandine Bégot est ensuite revenue sur une information de "L'Express" comme quoi il était "difficile" vendredi dernier "de se procurer la version papier" du magazine "chez les marchands de journaux de l'agglomération de Fréjus, dans le Var". "Selon plusieurs sources, le maire de la ville, David Rachline, a envoyé ses proches acheter tous les exemplaires de notre journal. Le but : éviter que ses...

Lire la suite


À lire aussi

Débat sur la peine de mort dans "TPMP" : Pas de manquements de C8, selon l'Arcom
Twitter : Les revenus du réseau social se sont effondrés depuis son rachat par Elon Musk
"L'affaire d'Outreau" : La réalisatrice Andréa Bescond accuse France 2 de "décrédibiliser la parole de l'enfant"