Propos déformés, enquête contestée... On vous résume les polémiques autour du procès de l'attaque des policiers à Viry-Châtillon

franceinfo
·1 min de lecture

Les polémiques s'accumulent, après le verdict rendu dimanche 18 avril dans l'affaire des policiers brûlés à Viry-Châtillon (Essonne) en 2016. Au terme de six semaines de procès à huis clos, la cour d'assises des mineurs de Paris, statuant en appel, a déclaré cinq des treize accusés coupables de tentative de meurtre.

Plus clémente que celle rendue en première instance, cette décision est vivement critiquée par les syndicats de policiers ainsi qu'une partie de la droite. De son côté, la défense dénonce une enquête tronquée et met en cause la véracité de certains procès verbaux. "C'est une erreur judiciaire, on a mis des innocents en prison, car il fallait des noms à tout prix", regrette Me Sarah Mauger-Poliak, avocate d'un jeune acquitté.

Treize accusés, huit acquittements : un verdict jugé trop léger

Sur les treize accusés, huit ont été acquittés, trois ont été condamnés à 18 ans de réclusion, un autre à 8 ans et le dernier à 6 ans d'emprisonnement. Un verdict plus léger que lors du premier procès, à l'issue duquel seuls cinq accusés avaient été acquittés. "Nous venons d'assister à un naufrage judiciaire (…) alors que l'on sait qu'il y avait 16 assaillants, on se retrouve avec cinq condamnations", a dénoncé Me Thibault de Montbrial, avocat de l'une des victimes.

Plusieurs centaines de policiers se sont rassemblés, mardi, devant les tribunaux de différentes villes de France à l'appel de syndicats policiers. "Nous sommes là pour dire notre incompréhension face au verdict", a (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi