Une enquête de CNN évoque le poids grandissant de la cocaïne au Venezuela

Alors que tout s’effondre au Venezuela, le trafic de cocaïne prospère. Une enquête de la chaîne de télévision américaine CNN révèle qu'il a explosé en 2018. Le trafic en direction des États-Unis a augmenté de plus de moitié par rapport à l’année précédente, et 240 tonnes ont traversé la longue et poreuse frontière entre la Colombie et le Venezuela. Le tout avec la complicité des forces armées et de l’élite politique du pays, selon plusieurs sources citées dans l’enquête.Avec notre correspondant à Caracas,  Benjamin DelilleSelon l’enquête de CNN, les narcotrafiquants utilisent le chaos ambiant au Venezuela et la complicité des autorités pour exporter leur cocaïne à l’étranger. La poudre blanche ne pouvant plus s’envoler de son lieu de production trop surveillé, la Colombie, elle est envoyée de l’autre côté de la frontière par l’un des nombreux passages clandestins.Sur place, elle est prise en charge directement par les militaires vénézuéliens, à en croire plusieurs déserteurs réfugiés en Colombie. La cargaison est ensuite chargée dans des avions qui décollent la nuit, le transpondeur éteint, pour ne pas être vus par les radars.Les pilotes sont d’anciens professionnels qui ont tout perdu avec la crise. Ils livrent la cocaïne soit au Honduras, soit en plein milieu des Caraïbes pour qu’elle soit ensuite acheminée jusqu’aux États-Unis. Selon l’enquête, les pistes de fortune, autrefois confinées aux zones de jungle, se multiplient dans tout le nord-ouest du Venezuela, témoin de l’impunité des trafiquants.Ce n’est pas la première fois que les autorités vénézuéliennes sont pointées du doigt dans ce genre d’affaires. Les États-Unis ont d’ailleurs déjà sanctionné deux cadors du chavisme à ce sujet : Diosdado Cabello et l’actuel ministre de l’Économie, Tareck El Assaimi.► À lire aussi : Quel est le poids de la cocaïne dans la crise vénézuélienne ?

Alors que tout s’effondre au Venezuela, le trafic de cocaïne prospère. Une enquête de la chaîne de télévision américaine CNN révèle qu'il a explosé en 2018. Le trafic en direction des États-Unis a augmenté de plus de moitié par rapport à l’année précédente, et 240 tonnes ont traversé la longue et poreuse frontière entre la Colombie et le Venezuela. Le tout avec la complicité des forces armées et de l’élite politique du pays, selon plusieurs sources citées dans l’enquête.

Avec notre correspondant à Caracas,  Benjamin Delille

Selon l’enquête de CNN, les narcotrafiquants utilisent le chaos ambiant au Venezuela et la complicité des autorités pour exporter leur cocaïne à l’étranger. La poudre blanche ne pouvant plus s’envoler de son lieu de production trop surveillé, la Colombie, elle est envoyée de l’autre côté de la frontière par l’un des nombreux passages clandestins.

Sur place, elle est prise en charge directement par les militaires vénézuéliens, à en croire plusieurs déserteurs réfugiés en Colombie. La cargaison est ensuite chargée dans des avions qui décollent la nuit, le transpondeur éteint, pour ne pas être vus par les radars.

Les pilotes sont d’anciens professionnels qui ont tout perdu avec la crise. Ils livrent la cocaïne soit au Honduras, soit en plein milieu des Caraïbes pour qu’elle soit ensuite acheminée jusqu’aux États-Unis. Selon l’enquête, les pistes de fortune, autrefois confinées aux zones de jungle, se multiplient dans tout le nord-ouest du Venezuela, témoin de l’impunité des trafiquants.

Ce n’est pas la première fois que les autorités vénézuéliennes sont pointées du doigt dans ce genre d’affaires. Les États-Unis ont d’ailleurs déjà sanctionné deux cadors du chavisme à ce sujet : Diosdado Cabello et l’actuel ministre de l’Économie, Tareck El Assaimi.

► À lire aussi : Quel est le poids de la cocaïne dans la crise vénézuélienne ?