Soupçons de bizutage à la faculté de médecine de Caen : une enquête ouverte

La rédaction d'Allodocteurs.fr
Soupçons de bizutage à la faculté de médecine de Caen : une enquête ouverte

"Si, c’est grave qu’une jeune femme se sente obligée de photocopier ses seins pour s’intégrer." Le témoignage recueilli par Ouest-France illustre les dérives des week-ends d’intégration organisés par les étudiants de la faculté de médecine de Caen. Manon, son prénom a été changé, raconte le "lâcher-prise" entraîné par l’arrivée en deuxième année, après deux ans à travailler "comme une folle".

Une enquête pour des soupçons de bizutage a été ouverte par le parquet de Caen. Deux syndicats étudiants, Sud-Education Calvados et SL Caen ont dénoncé des faits remontant à 2016. Ils ont été alertés en mars dernier par une affiche annonçant le gala de la fac de médecine. On pouvait y voir des hommes en toges romaines entourant, le sourire aux lèvres, une femme à terre, dénudée et ensanglantée.

Après avoir obtenu son retrait auprès de la présidence de l'université, les syndicats ont mené une enquête sur les réseaux sociaux et découvert "un bizutage institutionnalisé" sur le groupe Facebook secret de la corpo médecine. Y figurait notamment une liste de 69 commandements à réaliser chaque rentrée par les étudiants de deuxième année afin de marquer des points, preuves vidéo à l'appui. Distillés au compte-gouttes, ils mélangeaient actions louables ("payer un sandwich à un clochard", "faire un don du sang"), blagues potaches et humiliations à caractère sexuel, jusqu'à la réalisation d'un film pornographique.

De quoi instaurer "un climat propice aux relations non consenties et agressions sexuelles", selon Clément, du syndicat étudiant SL Caen, qui pointe la "culture du secret" et "l'omerta" régnant au sein de la corpo médecine, en charge notamment de l'impression des polycopiés nécessaires au suivi des cours.

Un titre de "Miss Chaudasse"

Conséquence directe, les étudiants ont été informés lundi que le week-end d’intégration de cette année était annulé. La décision a (...) Lire la suite sur Francetv info

Lot-et-Garonne : des retraités jouent les chauffeurs
Chirurgie ambulatoire : le pari réussi du centre hospitalier de Bordeaux
Le tiers-payant généralisé au ralenti
Economies à l'hôpital : le pari de l'ambulatoire
Le plan du gouvernement pour combler le "trou" de la Sécurité sociale

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages