Enquête après une fausse alerte au missile balistique à Hawaï

Un panneau électrique annonce "There is no threat" (Il n'y a pas de danger). La Commission fédérale des communications américaine (FCC) a annoncé l'ouverture d'une "enquête exhaustive" après l'envoi par erreur samedi d'une alerte au missile aux habitants de l'île de Hawaï, en pleine période de tensions avec la Corée du Nord. /Photo diffusée le 13 janvier 2018/REUTERS/Via Instagram/@sighpoutshrug

WASHINGTON (Reuters) - La Commission fédérale des communications américaine (FCC) a annoncé l'ouverture d'une "enquête exhaustive" après l'envoi par erreur samedi d'une alerte au missile aux habitants de l'île de Hawaï, en pleine période de tensions avec la Corée du Nord.

L'alerte émise en début de matinée, heure locale, demandait aux Hawaïens de se mettre immédiatement à l'abri en raison de l'approche d'un missile balistique, le message précisant que "ce n'est pas un exercice".

Elle a aussi été adressée aux chaînes de télévision locales, avant d'être annulée 38 minutes plus tard.

Le gouverneur de Hawaï, David Ige, a déploré cette fausse alerte, promettant d'éviter pareille erreur à l'avenir et souhaitant que la confiance de la population dans le système d'urgence ne soit pas affecté.

Selon la chaîne CNN, David Ige a précisé que le couac serait le résultat d'une erreur humaine, un employé de l'agence de gestion des urgences de l'Etat de Hawaï ayant appuyé sur le "mauvais bouton" pendant un changement d'équipe.



(David Shepardson; Tangi Salaün pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages