Enquête après le suicide d'un médecin de l'hôpital américain à Neuilly

·2 min de lecture

Cette enquête fait suite à la plainte pour harcèlement moral contre X déposée le 30 juin au commissariat d'Asnières-sur-Seine par la veuve de l'anesthésiste-réanimateur, mort en février dernier.

Une enquête préliminaire pour harcèlement moral au travail a été ouverte après le suicide en février d'un médecin de l'hôpital américain à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), établissement prisé des stars, a-t-on appris jeudi auprès du parquet de Nanterre. Cette enquête a été confiée le 25 novembre à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), a précisé à l'AFP le parquet, confirmant une information de France Info.

Elle fait suite à la plainte pour harcèlement moral contre X déposée le 30 juin au commissariat d'Asnières-sur-Seine par la veuve de l'anesthésiste-réanimateur. Ce dernier avait été retrouvé mort le 16 février dans sa voiture en forêt de Montmorency (Val-d'Oise).

"Ma cliente se pose des questions, elle n'a pas d'éléments particuliers, on est au tout début de l'enquête", a souligné son avocat, Me Benjamin Bohbot. "Ce geste, elle ne se l'explique pas, il n'y avait aucune raison dans la personnalité de son mari." "Elle se pose la question de savoir si ce n'est pas une pression démesurée dans son cadre professionnel qui l'a conduit à faire ça", a-t-il dit à l'AFP. "Elle n'est pas du tout dans une optique de vouloir trouver des coupables, elle est dans une logique de comprendre ce qui s'est passé."

La veuve du médecin a également rapporté à France Info des échanges avec son mari, juste avant le drame: "Dans l'une de nos dernières conversations, il me disait: +Je n'en peux plus de toute cette pression. Je veux quitter cet hôpital. J'en ai ras-le-bol. Je fais mes gardes et on parle calmement de tout ça en vacances". Mais "le lendemain, il ne nous a jamais rejoints".

Des dysfonctionnements de management

Selon France Info, un rapport interne diligenté à la suite du suicide du médecin a mis(...)


Lire la suite sur Paris Match