Enquête après la disparition d'un couple de Français depuis douze jours à Madère

Les recherches se poursuivent sur l'île portugaise de l'océan Atlantique pendant qu'en parallèle, des enquêteurs français sont à pied d'oeuvre dans le Tarn-et-Garonne où le couple habitait et tenait une boulangerie.

La dernière fois que leur fille a vu Laurent et Véronique Blond, c'était avant qu'ils partent pour une simple balade, le 16 mars, à Sao Vicente, sur l'île portugaise où ils étaient en vacances, indique le procureur dans un communiqué. La veille, tous les trois étaient revenus d'une longue randonnée. L'alerte est donnée dans la soirée. Les recherches sont menées sur place avec « d'importants moyens de recherches (...) immédiatement mobilisés sur place comprenant notamment les pompiers, la police et la gendarmerie locales, la protection civile, l'autorité maritime et la police judiciaire; l'usage de drones venait également rapidement renforcer le dispositif », détaille le communiqué du procureur de la République à Montauban. Le bornage du téléphone est imprécis. Interrompues par le mauvais temps, les patrouilles ont repris en début de semaine, sans plus de résultat.

« Je suis perdue, j'ai l'impression que toutes les pistes sont absurdes en fait, témoigne à Pauline Blond, l'aînée des filles du couple. S'ils sont allés sur un sentier mal balisés ou quelque part où ça pouvait glisser, j'ai du mal à comprendre comment ils ont pu glisser tous les deux. Une disparition volontaire, je n'y crois pas du tout parce que j'ai un nouveau-né et ma mère était absolument gaga de sa petite fille. Et puis la mauvaise rencontre, on nous dit partout que Madère est une île qui vénère les touristes. On n'est à l'abri de rien nulle part, mais toutes les pistes envisageables me paraissent improbables. »


Lire la suite sur RFI