« Il y en a ras-le-bol d’avoir honte ! »... Enora Malagré et les « endogirls » brisent le tabou de l’endométriose

Anissa Boumediene

SANTE - L’animatrice de télévision signe l’ouvrage « Un cri du ventre », dans lequel elle raconte son parcours et sa maladie, l’endométriose

Des douleurs à ne plus pouvoir bouger, se concentrer, sortir de chez soi ou travailler. Et, dans les formes les plus avancées de la maladie, avoir toutes les peines du monde à concrétiser son désir de maternité. Pourtant, aujourd’hui encore, l'endométriose reste une maladie peu connue, bien qu’elle touche plus d’une femme sur dix. Dans Un cri du ventre * (éd. Leduc.s), publié ce mardi, Enora Malagré se livre sur ce mal dont elle est atteinte depuis de nombreuses années, et qu’elle a révélé au grand public il y a près de trois ans. Comme elle, plusieurs personnalités ont elles aussi choisi de parler au grand jour de leur endométriose, contribuant ainsi à briser le tabou et la méconnaissance qui l’entourent.

« Il y en a ras le bol d’avoir honte »

Dans cet ouvrage, l’animatrice et comédienne de 39 ans partage son expérience personnelle, l’impact que l’endométriose a eu sur son quotidien et sur son projet de maternité. « Je suis malade, j’ai mal et je ne peux pas avoir d’enfant », plante-t-elle. Au fil des pages, elle déroule le fil de son histoire et raconte sans fard les douleurs et saignements hémorragiques qui l’assaillent. Avant elle, sa mère et sa grand-mère ont elles aussi souffert du même mal, sans que le mot d'« endométriose » ne soit posé dessus. Alors, quand la jeune femme se tord de douleurs, elle ne pense pas une seconde à cette affection. Les gynécologues qu’elles consultent non plus, d’ailleurs. Et, comme elle, nombreuses sont les femmes qui se sont entendu dire qu’avoir mal pendant ses règles, c’est normal. « La maladie amène au secret, elle m’a isolée, confie la jeune femme à 20 Minutes. Mais il ne faut pas avoir honte, et ne pas hésiter, quand on le peut, à prendre un jour de congé parce qu’on a trop mal. Il y en a ras le bol d’avoir honte ! Quand j’ai enfin décidé d’en parler à mes proches, ç’a été une libération, je me(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
VIDEO. Endométriose: «J'ai l'impression d'avoir deux poignards plantés dans l'utérus»
L'actrice Laëtitia Milot s'engage contre l'endométriose
Endométriose: Enora Malagré, qui faisait «jusqu'à 3 fausses couches par an», va se faire retirer l'utérus
VIDEO. Endométriose: «C’est important que les hommes soient en soutien»… Thomas Ramos s’engage contre la maladie
Endométriose: La maladie favoriserait le risque de fausse couche