Les ennuis continuent pour Meghan Markle et Harry : une autre de leurs collaboratrices claque la porte !

En seulement dix-huit mois, pas moins de neuf personnes ont décidé de démissionner de leurs fonctions auprès des Sussex. Alors que le prince Harry et Meghan Markle viennent tout juste de démarrer leur nouvelle vie au Canada, ils ont perdu une collaboratrice on ne peut plus importante, qu'ils avaient piquée à Kate Middleton et au prince William en août 2019. Pourtant en poste depuis seulement cinq mois, Natalie Campbell a décidé de claquer la porte de la fondation Sussex Royal qu'elle dirigeait. Désormais libre de son engagement auprès du duc et de la duchesse, elle va devenir directrice générale de la société des eaux Belu, un poste qu'elle convoitait. "Le monde a besoin de plus d'entreprises qui placent l'environnement, les droits de l'homme et les pratiques durables au cœur de leurs valeurs et de leurs opérations, j'ai hâte de commencer", s'est réjouie l'ex-employée des Sussex.

Et pour les parents d'Archie, c'est une immense perte. En plus d'être à la tête de leur fondation, Natalie Campbell était une oreille attentive et une proche de Meghan Markle. Elle a d'ailleurs travaillé à ses côtés sur son livre de cuisine Together, dont la totalité des bénéfices a été reversée aux personnes touchées par l'incendie de la tour Grenfell. C'est donc la neuvième personne à quitter le navire depuis le mariage royal des parents d'Archie après deux employés clefs de leur communication, l'assistante privée de Meghan Markle, celle du couple, le garde du corps de la duchesse et deux des nounous

Retrouvez cet article sur GALA

Meghan Markle et Harry vs. Kate Middleton et William : ce domaine où ils se retrouvent au coude à coude
Mort de Sébastien Demorand : son frère Nicolas soutenu par ses collègues de France Inter
La princesse Ingrid Alexandra de Norvège partage une photo inédite pour ses 16 ans
Pippa Middleton, la sœur de Kate, méfiante envers Meghan Markle : cet incident prémonitoire
Faouzi Lamdaoui, ancien conseiller de François Hollande, dans la tourmente