Mia et sa mère retrouvées dans un squat en Suisse

·2 min de lecture

Mia, 8 ans, avait été enlevée mardi à la demande de sa mère par trois hommes alors que l'enfant était hébergée chez sa grand-mère maternelle aux Poulières, un village vosgien situé à une trentaine de kilomètres d'Epinal.

Dénouement dans l'affaire de la petite Mia, enlevée mardi dans les Vosges à la demande de sa mère: l'enfant, "en bonne santé", et sa mère ont été retrouvées dimanche dans un squat en Suisse tandis que les auteurs présumés du rapt devaient être mis en examen. Mia, 8 ans, et Lola Montemaggi, 28 ans, ont été localisées par les enquêteurs à 10H45 dans ce squat, une usine désaffectée de la commune de Sainte-Croix, située dans le canton de Vaud, a annoncé le procureur de la République de Nancy François Pérain qui tiendra une conférence de presse à 15H00.

"Les investigations ont permis de déterminer que Lola Montemaggi avait passé une première nuit en Suisse dans un hôtel à Estavyer-le-Lac (canton de Fribourg) avant d’être hébergée par une femme à Neufchatel (et) d’être déposée à cet immeuble squatté à Sainte-Croix", a-t-il précisé. Mia, 8 ans, avait été enlevée sans violence mardi par trois hommes alors qu'elle était hébergée chez sa grand-mère maternelle aux Poulières, un village vosgien situé à une trentaine de kilomètres d'Epinal.

Pas de résistance

Les ravisseurs avaient présenté des papiers falsifiés à en-tête du ministère de la Justice, se faisant passer pour des éducateurs de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). Au cours de leur garde à vue, ces hommes qui se revendiquent de la mouvance anti-système, ont affirmé avoir agi à la demande de la mère de l'enfant. Le procureur de Nancy a indiqué que Mia serait de nouveau remise à sa grand-mère, désignée en janvier "tiers de confiance" par la justice.

Quant à Lola Montemaggi, qui n'a pas opposé de "résistance" à son interpellation, selon les premiers éléments recueillis par le parquet de Nancy, elle a été placée en garde à vue par les autorités suisses. Son(...)


Lire la suite sur Paris Match