Enlèvement de Mia : "Complément d'enquête" a interrogé Rémy Daillet, cerveau présumé de l'opération et figure de l'extrême droite complotiste

France 2
·1 min de lecture

C'était la première fois qu'il s'exprimait devant une caméra. "Complément d'enquête" a pu rencontrer l’un des hommes mis en examen dans le rapt de la petite Mia, pour "enlèvement en bande organisée". Psychologiquement fragile, il est le seul à avoir été remis en liberté sous contrôle judiciaire. La porte de son appartement, en banlieue parisienne, porte encore les traces de son interpellation quelques jours plus tôt.

Après plusieurs minutes de pourparlers, l'homme finit par sortir sur le palier. La mère de Mia lui aurait confié qu'elle souffrait de ne pas voir sa fille, et que "son droit de visite n'aurait pas été respecté. Ce n'est peut-être pas bien ce qui s'est passé, mais séparer une enfant d'une mère, c'est inadmissible", estime-t-il. Jugeant que "la petite fille était en extrême danger potentiel", il dit avoir cru "de bonne foi qu'il fallait faire quelque chose".

Les manifs des Patriotes, "un vivier potentiel"

C'est lui qui conduisait la voiture lors de l'enlèvement de Mia : c'est la seule participation à l'enlèvement qu'il reconnaît. Comment est-il entré en contact avec le commando présumé ? Selon lui, il aurait été approché lors d'une des manifestations qu'organisent Les Patriotes (le mouvement de Florian Philippot, l'ex-bras droit de Marine Le Pen) contre le confinement ou le port du masque. Des manifestations utilisées comme "vivier potentiel", selon cet ancien cadre au chômage.

Un groupe surveillé par la DGSI

Pour préparer "l'opération Mia", le commando ainsi (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi