Enlèvement des Français au Bénin : pourquoi la situation sécuritaire dans la zone s'est-elle détériorée ?

franceinfo avec AFP
Les attaques jihadistes, concentrées initialement au Mali, se sont étendues vers le Burkina Faso et menacent désormais le Bénin et les autres pays côtiers du golfe de Guinée, jusque-là épargnés.

Le temps où le Burkina Faso et le Bénin étaient des îlots de stabilité en Afrique de l'Ouest est révolu. Le Burkina, où les forces spéciales françaises ont libéré quatre otages vendredi 10 mai, est devenu une plaque tournante des groupes jihadistes où se multiplient les attaques depuis 2015. Le Bénin, pays côtier où les deux enseignants français avaient été enlevés dans le parc national de la Pendjari le 1er mai, est également devenu vulnérable ces derniers mois face à la stratégie d'expansion des groupes armés. Franceinfo vous explique pourquoi la situation sécuritaire s'est dégradée dans ces pays.

Parce que le Burkina Faso est devenu un carrefour de groupes jihadistes

Le Burkina Faso avait été préservé des attaques jihadistes sous la présidence de Blaise Compaoré, un militaire qui entretenait des rapports troubles avec les groupes terroristes. Mais ce modus vivendi, qui permettait aux jihadistes de trouver refuge au Burkina sans y opérer, a disparu avec la chute de son régime, renversé en 2014 par une insurrection populaire après vingt-sept ans au pouvoir. "Après son départ et le démantèlement d'une partie de l'armée (...), il (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi