EnjoyPhoenix : son passage chez Gabriel Attal déclenche une vive polémique sur Twitter

·1 min de lecture

Le gouvernement pensait avoir visé juste en faisant appel à des influenceurs connus pour parler aux jeunes. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal les a invités à une table ronde – l'émission Sans Filtre retransmise sur YouTube et Twitch – pour parler notamment de la précarité étudiante et de la fermeture des facs à cause du coronavirus. Force est de constater que de nombreux étudiants n'adhèrent pas du tout à cette stratégie de communication. En colère, ils ont créé le hashtag #etudiantspasinfluenceurs et se sont déchaînés avant tout contre la youtubeuse EnjoyPhoenix.

La jeune femme de 25 ans a milité pour la réouverture des universités et a tenté de mettre Gabriel Attal face aux contradictions du gouvernement. Mais elle a également eu deux réflexions qui ont immédiatement suscité une vive polémique sur les réseaux sociaux. Elle a en effet dénoncé "le taux de triche" et "les diplômes en carton". Sur Twitter, les critiques et parfois même les insultes à son encontre ont fusé.

"On travaille 12 heures par jour sur un écran et on doit passer nos exams en présentiel pour que EnjoyPhoenix, déscolarisée depuis 2012, parle en notre nom", a souligné un internaute. "Des millions d’étudiants se battent dans leurs 9m2 pour réussir leurs examens et avoir à manger dans leurs assiettes. Une youtubeuse en carton", a répondu une jeune femme. "Ils invitent EnjoyPhoenix pour parler de la précarité étudiante… on marche sur la tête", a ajouté une autre étudiante.

Au milieu des critiques, qui (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Affaire Gérard Louvin : une enquête pour "chantage" ouverte contre son neveu, qui accuse son compagnon de viol
Thomas Pesquet, dix choses à savoir sur l'astronaute français
"C’était violent" : Claude Sérillon revient sur son passage à l’Elysée comme conseiller de François Hollande (VIDEO)
Le prince Harry révèle pourquoi il a quitté son pays : "Cela détruisait ma santé mentale"
Olivier Véran "un peu engueulé" par Emmanuel Macron, une revue scientifique à l'origine de sa colère