EnjoyPhoenix dévoile fièrement son "double menton", les internautes sous le charme (VIDEO)

·1 min de lecture

Depuis quelques temps, la tendance est au body-positivisme sur les réseaux sociaux. Kézako ? Les influenceuses de tout bord militent pour l'acceptation de tous les corps et toutes les peaux, et encouragent à faire fi autant que possible de ses complexes. Parmi elles : Juju Fitcats, qui se confie sans tabou sur son rapport à son corps et se montre sans aucun filtre, ou Shera Kerienski, récemment attaquée après avoir dévoilé ses poils d'aisselles. Marie Lopez alias EnjoyPhoenix, elle, a ce lundi partagé une vidéo de son "double menton" sur son compte Instagram, suivi par 5 millions d'abonnés.

Ce n'est pas la première fois que la jeune femme, qui partage la vie du DJ belge Henri PFR, se montre avec moins d'artifices. Durant l'été 2020, elle avait ainsi dévoilé "ses cicatrices et sa peau compliquée" avant de pousser un coup de gueule suite à une attaque grossophobe alors qu'elle posait le ventre à l'air. Elle s'était également livrée sur un autre complexe : ses vergetures, au point qu'elle pensait autrefois "ne pas pouvoir vivre avec". Ancienne anorexique-boulimique, EnjoyPhoenix, qui avait avoué avoir eu recours à des injections d'acide hyaluronique, n'hésite donc plus à s'ouvrir sur ses points faibles tout en tentant d'accepter ses "imperfections". Et, de la même manière, elle a décidé d'assumer l'ovale de son visage grâce à un challenge viral !

Le principe est simple : "Sans bouger, ne triche pas, montre à quoi tu ressembles là maintenant si on te FaceTime". Si cette courte vidéo (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Norman Thavaud : 5 choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur le youtubeur !
Seb La Frite : tout ce que vous ne saviez (peut-être) pas sur le youtubeur (VIDEO)
Natoo : pourquoi elle avait dévoilé publiquement son couple avec Kemar
EnjoyPhoenix : qui est son petit ami, le DJ Henri PFR ?
Le jeune youtubeur Néo (Néo & Swan) taclé par McFly et Carlito : sa mère Sophie Fantasy lui apporte son "soutien" et reproche au duo "d'inciter au cyberharcèlement"