Ces enfants-soldats de Daech appelés "bombes à retardement", je les ai rencontrés

Elise Boghossian
À Mossoul, Irak, janvier 2019.

Dans l’Irak de l’Etat Islamique, l’utilisation des enfants comme boucliers humains et armes de guerre était systématique. “Enfants-soldats”, ou encore “lionceaux du Califat”, leur définition englobe les espions, les kamikazes, les passeurs, les gardes aux postes de contrôle. Malgré la chute de Daech, cette situation perdure parmi les groupes armés qui ont mainmise sur une partie des zones reprises dans la région de Mossoul

Pour rappel, l’Irak compte l’une des populations les plus jeunes du monde; près de 60% des Irakiens ont moins de 24 ans, et les moins de 18 ans n’ont connu que la guerre. Depuis la libération de Mossoul, 17.000 enfants apatrides vivent dans la rue sans protection. Entre la présence combinée de cellules dormantes terroristes, les jihadistes exfiltrés de Syrie et les milices chiites, les enfants continuent d’être recrutés. Alors que la période de stabilisation reste fragile et que sont entamés les premiers efforts de reconstruction, cette population particulièrement exposée construit sa survie en marge des structures étatiques et onusiennes. Ces enfants sont-ils vraiment des bombes à retardement? 

Entre la présence combinée de cellules dormantes terroristes, les djihadistes exfiltrés de Syrie et les milices chiites, les enfants continuent d’être recrutés.

Cette question est légitime et nous avons raison de nous en inquiéter, car si aucune prévision n’est aujourd’hui en mesure de nous rassurer sur le devenir de ces enfants, leur présence massive combinée à un manque de prise en charge médico-sociale et éducative réunit toutes les conditions pour l’émergence de futurs combattants à qui saura les recruter. Si nous prenons l’exemple de la guerre contre Al Qaïda, ce sont les enfants des rues abandonnés en 2003 qui ont rejoint dix ans plus tard les rangs de Daech. 

La guerre affecte profondément la psychologie des enfants et jeunes adolescents. Les enfants-soldats ont majoritairement tué, vu leurs parents assassinés ou ont été exposés à une...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post