Des enfants migrants séparés de leurs parents et placés dans des cages par l'administration Trump

Alexandra Milhat

INTERNATIONAL - Ils sont environ 2000 enfants migrants à avoir été séparés de leurs parents depuis la mi-avril. C'est le chiffre avancé par l'administration américaine vendredi 15 juin, résultat de sa nouvelle politique de "tolérance zéro" à la frontière avec le Mexique.

Ces chiffres ont déclenché une vive polémique aux États-Unis, et ont même conduit la Première dame américaine Melania Trump à plaider en faveur d'un accord rapide au Congrès pour adopter une réforme de l'immigration, en confiant "détester voir des enfants séparés de leur famille".

Des tentes climatisées pour faire face à l'affluence

Les enfants migrants qui tentent d'entrer avec leurs parents sur le territoire américain par la frontière mexicaine sont placés dans des centres spécialisés pour mineurs, dont de nombreuses images et vidéos ont été publiées pour la première fois dimanche 17 juin dans les médias américains, provoquant choc et indignation. La plupart de ces dernières proviennent directement des services des douanes et de la protection des frontières américains.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus, les mineurs sont parfois détenus dans des cages en fer au sein même des centres. Selon plusieurs médias américains, chaque cage du centre de McAllen peut contenir jusqu'à 20 enfants, qui disposent seulement de bouteilles d'eau, de paquets de chips et de couvertures de survie. Les adultes, quant à eux, sont arrêtés et détenus dans des prisons fédérales. D'autres images montrent des centres plus modernes mais aux allures de prison, où les mineurs restent enfermés 22 heures sur 24 selon les reporters qui ont pu les visiter.

De nouvelles images du centre de McAllen ont été diffusées lundi:

Quelque 1500 garçons d'entre 10 et 17 ans sont déjà logés dans un ancien supermarché à Casa Padre au Texas. Dans la chaleur étouffante à la frontière mexicaine, les autorités montent des tentes climatisées pour faire face à l'affluence. Les photographies -fournies par les autorités-...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post