"Enfants de la Creuse" : Jean-Charles a été déporté de La Réunion dans les années 1960

·1 min de lecture

Dans les années 1960, plusieurs départements français comme la Creuse, le Lot ou le Cantal étaient dépeuplés du fait de l’exode rural. Michel Debré, alors député de La Réunion qui connaissait un boom démographique, a proposé au général de Gaulle d’envoyer en métropole des enfants réunionnais placés à la DDASS. Entre 1963 et 1982, plus de 1.600 enfants âgés de 2 à 12 ans ont dû quitter leur île natale, parfois sans l’accord de leurs parents. On les appelle les "Enfants de la Creuse" et Jean-Charles est l’un d’eux. Il raconte à Olivier Delacroix les conséquences de sa déportation en métropole sur sa vie.

Après son divorce, le père de Jean-Charles a obtenu sa garde. Malgré sa bonne situation professionnelle, il l’a abandonné. Jean-Charles a alors été placé dans un orphelinat : "Le tribunal avait donné à mon père la garde de ma sœur et moi. Il nous a séparés, mais on ne sait toujours pas pourquoi. Ma famille ne veut pas en parler. Peut-être que c'est une honte. Peut-être qu'ils avaient les mains liées. Peut-être que c’était aussi difficile à entreprendre parce que la DDASS était une grosse institution dans les années 1960."

Jean-Charles ignore tout des circonstances de son départ en métropole : "Je ne sais pas si mes parents ont été consultés pour ce départ. Je ne sais même pas si quelqu’un a signé un papier. Je ne sais pas comment ça s'est décidé. Il y a un flou complet." Jean-Charles se souvient, en revanche, de son état d’esprit quand il a su qu’il allait partir : "On se...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles