Enfant raccompagné pour cantine impayée: la maire explique avoir "suivi la procédure"

·3 min de lecture
Mireille Conte-Jaubert, maire de Saint-Médard-de-Guizières - BFMTV
Mireille Conte-Jaubert, maire de Saint-Médard-de-Guizières - BFMTV

"J'ai suivi ce qu'on a appelé la procédure". Mireille Conte-Jaubert, la maire de Saint-Médard-de-Guizières en Gironde a reconnu "une décision très compliquée à prendre" après avoir fait raccompagner un élève de l'école de sa commune par un policier municipal en raison de factures de cantine impayées.

"La maman avait été prévenue à plusieurs reprises", a expliqué l'édile sur BFMTV. "Nous lui avions demandé de venir chercher son enfant puisque tant qu'elle n'aurait pas réglé sa dette elle ne pourrait pas bénéficier des services de cantine".

"Cela a été la solution la plus soft"

Les faits remontent à jeudi dernier. Un enfant âgé de sept ans et demi et scolarisé dans l'école primaire de Saint-Médard-de-Guizières a été raccompagné chez lui par un policier municipal lors de la pause déjeuner. La raison: environ 800 euros de repas qui n'ont pas été versés à la municipalité, ce qui représenterait entre 350 et 400 déjeuners de cantine depuis 2019. La mairie précise que plusieurs rappels ont été adressés à la famille. Un recommandé a également été envoyé, qui a été sans effet.

"Elle n'a donné suite à aucune de nos demandes. Au contraire elle m'a menacée justement que si je ne gardais pas son enfant à la cantine, elle ne réglerait pas sa dette, donc je suis arrivée à cette solution", a assuré Mireille Conte-Jaubert. "Pour moi, cela a été la solution la plus soft", a-t-elle ajouté.

Chirley, la mère de l'enfant, reproche quant à elle le procédé choisi par la mairie et qui a "affiché" son fils devant toute l'école. Une scène qui a valu à l'élève des moqueries de la part de ses camarades.

"Ce ne sont pas ses histoires, lui n'est pas au courant [...] Peu importe la raison, il a sept ans et demi, on ne peut pas l'afficher comme ça devant toute l'école, tous les parents, lui il n'a rien fait", regrette-t-elle.

"À elle de lui justifier pourquoi elle ne paye pas la cantine"

Précisant que le policier municipal n'était pas armé, la maire a assuré ne pas avoir envisagé que cette décision soit traumatisante pour l'enfant. "Je pense que ce qui est traumatisant pour l'enfant, c'est d'avoir été ramené chez lui parce que sa maman ne payait pas la cantine".

"J'ai suivi ce qu'on a appelé la procédure. Aucun employé municipal, ni moi-même, ne pouvions accompagner cet enfant", a poursuivi l'édile, qui dénonce le comportement de la mère de famille. "Elle a été très menaçante et très aggressive à mon égard [...] À elle de lui justifier pourquoi elle ne paye pas la cantine".

La mère assure vouloir régulariser sa situation

Consciente des retards de paiement, Chirley assure qu'elle comptait régulariser sa situation dans le courant du mois "mais j'aurais préféré que ce soit madame la maire en personne qui me le ramène à domicile".

Mireille Conte-Jaubert, qui indique que la mère est venue chercher son enfant vendredi dernier pour qu'il déjeune à domicile, dit ignorer ce lundi si elle a inscrit son enfant à la cantine ou non.

"Je n'ai pas encore le retour des agents communaux", a-t-elle répondu, précisant qu'elle ne ferait "probablement pas" raccompagner l'enfant chez lui, "de toute façon mon policier municipal est absent".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles