Enfant placée maltraitée, j'ai lancé l'alerte mais Marlène Schiappa ne répond pas

Charlie Vincent
La biographie témoignage de Charlie Vincent sur son enfance maltraitée dans les foyers d'aide à l'enfance, parue en mars 2019 (Éditions du Panthéon).

Madame la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes,

Je m’appelle Charlie Vincent, j’ai 32 ans, et je fais partie des nombreuses victimes dont les médias commencent enfin à parler, ces enfants “placés” dans des foyers et des familles d’accueil. Je suis l’auteur d’une biographie publiée: “Jacques a dit…suce!”, 18 ans de récit noir, dans l’enfer des foyers de l’enfance.

 

Les biographies d’anciens enfants placés ne sont pas légion, tant il est difficile de raconter l’indicible.

 

Placée à la naissance jusqu’à ma majorité, cette histoire est la mienne mais aussi, et malheureusement, celle de beaucoup d’autres encore qui vivent au sein d’un système défaillant, qui subissent encore, pour certains, ce que je dénonce dans le livre: viols, violences sexuelles, violence, maltraitance, etc.

Cri d’alerte

J’ai tenté de vous interpeller pour vous proposer de lire mon témoignage, à de nombreuses reprises, vainement.

Sans réponse, j’ai pris l’initiative, vous imaginant légitimement débordée, de vous envoyer mon livre directement à votre cabinet.

En vain.

Je vous imaginais, madame la secrétaire d’État, débordée par vos fonctions mais peut-être êtes-vous finalement désintéressée du sujet?

Mon livre “Jacques a dit…suce!” met en exergue ce contre quoi j’ai lutté tous les jours et que je refuse: le silence.

Madame la secrétaire d’État, ne participez pas, je vous le demande, à la politique du silence entretenu.

Les biographies d’anciens enfants placés ne sont pas légion, tant il est difficile de raconter l’indicible. Ces témoignages précieux des victimes devraient me semble-t-il faire partie d’une collecte d’informations qui est jusqu’alors incroyablement pauvre sur la vie de ces “foyers”.

 

Madame la secrétaire d’État, ne participez pas à la politique du silence entretenu.

 

Ces souffrances et maltraitances ne peuvent être encore ignorées, aucun témoignage ne doit être ignoré. Les victimes doivent être reconnues, entendues et participer à la recherche des...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post