INFO M6 - Enfant de 8 ans agressé à Sarcelles : aucune trace de l’agression pour l’heure

Illustration police – AFP

L’enquête se poursuit sur l’agression présumée d’un enfant de 8 ans portant une kippa à Sarcelles lundi soir.

L’enquête progresse après l’agression présumée d’un écolier de 8 ans portant une kippa, lundi soir à Sarcelles (Val-d’Oise). Selon nos informations, les premiers éléments recueillis par les policiers ne permettent pas pour l’heure d’établir les circonstances de l’agression ni même son caractère antisémite.

En effet, ni les images de vidéosurveillance, ni les témoignages ne viennent conforter, à l’heure actuelle, la version d’une agression soutenue par l’enfant de 8 ans, qui était par ailleurs accompagné de son frère de 11 ans au moment des faits. Ce dernier marchait un peu à l’écart, de l’autre côté du trottoir.

La victime présumée n’aurait pas pu identifier ses agresseurs. Toujours selon nos informations, aucun propos raciste n’aurait été tenu selon le jeune garçon, aucune trace de blessure n’aurait été relevée non plus. L’enfant a déclaré avoir été victime d’un croche-pied et également de coups de pied.

“Cette affaire s’est emballée trop rapidement”

“Cette affaire s’est emballée trop rapidement. Les hommes politiques ont embrayé tout de suite alors qu’il y a encore beaucoup de vérifications à faire. C’est devenu incontrôlable”, souligne une source proche de l’enquête. Les investigations vont continuer ces prochains jours. Au regard de ces éléments, le procureur décidera s’il faut poursuivre ou classer cette enquête.

Sarcelles : un enfant de 8 ans portant une kippa agressé


Le mobile antisémite retenu par le parquet

L’enfant, qui se rendait à un cours de soutien scolaire, âgé de 8 ans, a raconté avoir été agressé deux adolescents alors qu’il se rendait à un cours de soutien. Le “mobile antisémite” a été retenu par le parquet de Pontoise, en raison de sa kippa, visible. L’enfant portait également un châle de prière qui pouvait être aperçu sous son manteau.

Emmanuel Macron réagit le soir-même

Emmanuel Macron a réagi à cette agression présumée, déclarant le soir-même sur Twitter : “C’est toute la République qui se dresse particulièrement aujourd’hui au côté des Français de confession juive pour combattre avec eux et pour eux chacun de ces actes ignobles”.

Edouard Philippe a également dénoncé “une nouvelle forme d’antisémitisme violente et brutale qui s’exprime de façon de plus en plus ouverte sur notre territoire”.

A lire aussi : Sarcelles : 1 mort et 5 blessés graves dans un incendie