Enfant autiste tué à Marseille : un drame qui met en lumière les difficultés des parents

Samedi, un enfant autiste de 12 ans a été retrouvé mort à Marseille , sur les bords du fleuve l'Huveaune. Rapidement, la mère a avoué avoir tué son fils à l'aide d'un couteau de cuisine. Lors de sa garde à vue, elle a évoqué "les crises" dont souffrait l'enfant, expliquant qu'"elle n'arrivait plus à gérer la situation". Elle a "estimé que cela ne finirait jamais", a détaillé la magistrate dans son communiqué. Ce drame met en lumière les difficultés inouïes auxquelles sont souvent confrontés les parents d'enfants autistes . Ils se sentent délaissés, livrés à eux-mêmes, au point de passer à l'acte. Jean-Marc Bonifay, président de l'association Autisme Paca, a lui-même failli basculer, comme il l'explique au micro d'Europe 1.

"Des moments de grande solitude pour les parents"

"Je suis passé très près de la même situation pour que mon fils arrête de souffrir et que moi-même j'arrête de souffrir. J'y ai pensé", avoue-t-il. Selon lui, le manque d'accompagnement est en partie responsable des difficultés que vivent les parents. "Pour les moins de six ans, il y a de plus en plus de choses qui se font, mais il n'y a pas que des enfants dans l'autisme. Et les enfants deviennent grands. Les plus gros problèmes commencent à la préadolescence où il y a les hormones qui entrent en jeu, le désir de l'autre, etc. Ce sont des moments de grande solitude pour les parents", souligne Jean-Marc Bonifay.

>> Retrouvez Europe Midi en replay et en podcast ici

Et l'école devient un obstacle de plu...


Lire la suite sur Europe1