Enfance. Ce que les dépenses de garderie nous disent de la culture d’un pays

CNN (Atlanta)
·1 min de lecture

La garde des enfants aspire une part importante du salaire des ménages. Si son coût représente à peine 4 % du revenu familial en Corée du Sud ou en Grèce, ce chiffre monte à 40 % au Royaume-Uni. Ces différences illustrent les rapports de chaque pays aux pouvoirs publics, à la famille, et aux femmes, explique CNN.

Faire garder ses enfants est “une opération pénible et coûteuse pour les parents du monde entier, de New York à Nairobi”, constate CNN. Les familles des pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) consacrent en moyenne 15 % de leurs revenus nets aux frais de garde d’enfants, selon un rapport de l’organisation datant de 2016. Mais ces chiffres varient considérablement selon la culture des pays et la nature des prestations sociales mises en place.

Alors que les Britanniques dépensent 40 % du revenu familial pour la garde d’enfant, la Corée du Sud, l’Autriche, la Grèce ou la Hongrie y consacrent moins de 4 %, note la chaîne d’information américaine. Loin d’être anecdotique, cette diversité des modèles illustre différentes visions de la famille et renseigne sur les degrés d’autonomie des femmes.

Aides publiques ou responsabilités individuelles

Dans le système américain, en grande partie privatisé, les couples consacrent en moyenne 26 % de leurs revenus aux frais de garde et les parents isolés 53 %, note CNN. Les services destinés à la petite enfance ont un coût moyen plus élevé que les frais de

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :