Enfance : 36 % des parents ignorent ce qu’est une « violence ordinaire »

Il est scientifiquement prouvé que les « violences éducatives ordinaires » peuvent avoir des conséquences désastreuses sur la construction d'un enfant.

Méconnues, les « violences éducatives ordinaires » vont faire l'objet d'une campagne de sensibilisation cet été, explique « Le Parisien ».

C'est un fléau qui demeure méconnu auprès d'une large partie des parents en France. Comme le rapporte Le Parisien, qui relaie une étude du site grand public de soutien à la parentalité de l'Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA), 36 % des pères et mères de famille ne savent pas en quoi consistent les « violences éducatives ordinaires », qui sont interdites par la loi depuis 2019.

La « loi anti-fessée » stipule en effet que l'éducation doit se faire sans « violences physiques, psychologiques ou verbales ». Concrètement, il s'agit là des claques, fessées, mais aussi des humiliations publiques, cris ou encore chantage affectif, rappelle le quotidien. Durant cet été, une campagne de sensibilisation va être lancée par la Fondation pour l'enfance dans les grandes villes françaises afin de rappeler au plus grand nombre l'existence de ce type de violences à l'encontre des enfants.

À LIRE AUSSI Ce qu'il restera à nos enfants du confinement

Depuis le début de la crise sanitaire, la pédiatre et membre de l'AFPA Catherine Salinier explique que « les confinements à répétition ont accentué la détresse de certains d'entre eux qui manquent de conseils pratiques ». Cette tendance est confirmée par les résultats de l'étude de l'AFPA, selon laquelle 43 % des parents plébiscitent des ateliers de soutien à la parentalité pour les aider à modifier leur comportement.

De lourdes conséquences sur l'avenir des enfants

Comme l'explique Le Parisien, il est scientifiquement p [...] 

Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles