Énergie : l'hydrogène vert peut-il remplacer le pétrole ?

·1 min de lecture

La France mise sur l'hydrogène pour décarboner son industrie et ses transports. En déplacement à Béziers, dans l'Hérault, le président Emmanuel Macron a annoncé que 1,9 milliard d'euros sont consacrés à la filière dans le cadre du plan France 2030. Mais pour que le "zéro émission de CO2" ait du sens, il faut que la production de l'hydrogène ne soit plus issue d'énergies fossiles. Plusieurs projets sont en cours, notamment à Béziers, où l'entreprise Genvia fabrique des électrolyseurs servant à la production d'hydrogène décarboné. Emmanuel Macron s'y est rendu ce mardi pour faire la promotion de cette nouvelle source d'énergie. 

>> LIRE AUSSI - Mobilité : le train à hydrogène est-il le moyen de transport de demain ?

Passer à l'hydrogène "vert"

Aujourd'hui, l'hydrogène industriel est fabriqué à 95% à partir de ressources fossiles. Essentiellement à partir de gaz naturel ou de charbon, ce qui libère beaucoup de dioxyde de carbone dans l'atmosphère. Voilà pourquoi il est qualifié d'hydrogène "gris". Alors que l'hydrogène "vert" est produit après électrolyse de l'eau : l'électricité va dissocier les molécules d'oxygène de celles d'hydrogène. De cette manière, aucun gramme de CO2 n'est rejeté. Dernière étape pour qu'il soit entièrement propre : utiliser de l'électricité renouvelable issue du parc éolien, solaire ou hydroélectrique.

L'enjeu pour la France est donc désormais de produire cet hydrogène vert en s'appuyant par exemple sur des géants comme Air Liquide, jusqu'ici gran...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles