«Endgame»: quatre arrestations et des centaines de serveurs éteints dans une opération mondiale

Il s'agit selon la police européenne de « la plus grande opération jamais réalisée » contre des logiciels malveillants. Quatre personnes ont été arrêtées et plus d'une centaine de serveurs mis hors-ligne lors de cette opération internationale baptisée « Endgame ». La cible de cette opération conjointe entre plusieurs pays dont la France : six familles de logiciels malveillants utilisés par les cybercriminels.

Leurs petits noms ? « Bumblebee », « System BC » ou encore « IceID ». En tout, six programmes informatiques malveillants utilisés partout dans le monde. Grâce à eux, les cybercriminels peuvent par exemple s'infiltrer dans les systèmes, ceux d'une entreprise ou d'un hôpital, afin de les infecter. Les cybercriminels encryptent ainsi les données de leur cible en demandant une rançon en échange de la clé qui permet de récupérer les données de déchiffrement.

D'après le parquet français, les plaintes pour ce genre de crimes ont augmenté de 30% entre 2022 et 2023. En se coordonnant, les polices française, allemande, néerlandaise et américaine ont aussi arrêté quatre personnes. Parmi celles-ci, trois ont été repérées grâce aux enquêteurs de la Police judiciaire française. Un des suspects opérait depuis l'Ukraine. Un autre en Arménie. Matériel informatique, argent, cryptomonnaies, des perquisitions et des saisies ont aussi été réalisées, le tout dans un délai très court, trois jours.


Lire la suite sur RFI