"Encore des cadeaux aux chasseurs" : les défenseurs des oiseaux contestent le projet du gouvernement de prolonger la chasse aux oies cendrées

Anne-Laure Barral
Le gouvernement soumet à la consultation publique le projet de prolonger la période de chasse des oies cendrées d'un mois.

Va-t-on laisser passer les oies sauvages ? Le gouvernement propose de prolonger de la chasse aux oies cendrées d'un mois, jusqu'à fin février. Il a mis en consultation publique un projet d'arrêté depuis mardi 8 janvier, provoquant la colère de la Ligue de protection des oiseaux.

Au départ, c'est une demande des chasseurs, qui souhaitent prolonger la chasse hivernale des oies migratrices au-delà du 31 janvier, pour aller jusqu'au 28 février. Mais pour le président de la Ligue de protection des oiseaux, Allain Bougrain-Dubourg, c'est une aberration : "Selon les directives européennes, il est interdit de chasser les oiseaux pendant la période de reproduction, à partir du 31 janvier."

Je suis effondré de voir que le président Macron fait encore des cadeaux aux chasseurs, au risque d'y laisser des plumes.

Allain Bougrain-Dubourg

à franceinfo

Dans son projet d'arrêté, le gouvernement rappelle que l'espèce est en expansion, qu'il est possible d'en tirer 5 000 de plus sans mettre en danger le million d'individus existants. Cela aiderait même nos voisins néerlandais qui subissent de gros dégâts dans les champs à cause de ces volatiles. Un argument contesté par Frédéric Jiguet, professeur au muséum d'histoire naturelle : "Les oies cendrées qui font des dégâts au milieu agricole aux Pays-Bas sont des oies sédentarisées, elles ne bougent plus des Pays-Bas, donc ce ne sont pas du tout celles qui migrent par la France."

La prolongation de la chasse est pour l'instant soumise à une (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi