"On est enchantées, les petites mamies sont ravies" : à Perpignan, Louis Aliot a réussi sa stratégie de normalisation du Rassemblement national

Maxence Lambrecq

"S'il ne passait pas je partais de Perpignan", lâche une habitante âgée de Perpignan, satisfaite donc de la victoire de Louis Aliot, du Rassemblement national (RN), avec 53,09% des voix, battant ainsi son adversaire des Républicains et maire sortant, Jean-Marc Pujol (46,90%). Après Toulon en 1995, Perpignan est donc la deuxième ville de plus de 100 000 habitants à élire un maire RN.

>> Réactions, analyses... Suivez en direct toutes les infos liées au second tour des municipales 2020

"Nous, on est enchantées, les petites mamies, elles sont ravies !", complète une autre dame. La quatrième candidature de Louis Aliot fut donc la bonne. Le front républicain, déjà fissuré, a cédé. L’ancien vice-président du Front national doit sa victoire à sa stratégie de normalisation : aux yeux de la droite, il est devenu peu à peu crédible, solide, rassurant. Les CSP+ ont voté pour lui. "Au moins, on pourra sortir en sécurité, peut-être, le soir. C'est la première fois que je sors le soir à Perpignan", (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi