En Russie, un collectif de graffeurs peint des icônes religieuses sur les murs de Moscou

Des bombes d’aérosols, un sweet à capuche, un masque pour camoufler son visage… L’attirail classique d’un street-artiste. 

Mais ce qui est inhabituel ce sont les dessins tagués sous ce pont de Moscou. Un immense portrait de Jésus Christ apparaît.

Aleksandr Tsypkov est un peintre d’icônes religieuses. Il fait partie d’un collectif qui rend hommage à la beauté de l’art chrétien. 

Il se défend d'être un vandale. A travers son art, cet artiste dit simplement vouloir rapprocher les Russes de la religion orthodoxe.

" Si une personne est captivée, ressent quelque chose et que cela l’amène vers Dieu, dans un temple, alors ce sera ma victoire ", confie Aleksandr Tsypkov. 

Faire sortir l'art chrétien des murs des Eglises 

Ces œuvres sont illégales et donc éphémères. Les services municipaux de Moscou les détruisent systématiquement. 

Pourtant, l"Eglise russe orthodoxe ne condamne pas ces artistes. Elle leur conseille de bien choisir les lieux de leurs graffitis afin qu'ils ne soient pas profanés.

" Je pense que nous ne devons pas arrêter ces personnes parce qu'ils ont le désir d'exprimer en quelque sorte leur point de vue.  Leur souhait est que ces images sacrées soient visibles par le plus grand nombre, pas seulement dans l’espace clos d’un temple mais plus largement comme cela, en allant vers les gens", explique l'archiprêtre  Leonid Kalinin, président du Conseil d'experts pour la culture, l'architecture et la restauration de l'Église. 

Mettre en lumière le patrimoine en danger 

Ce collectif d'artistes est né il y a 4 ans. L'objectif : faire de l'art chrétien une composante à part entière de la scène artistique contemporaine russe. Mais la volonté d'évangélisation n'est jamais bien loin.

Ces graffeurs redécorent aussi des Eglises en ruines à leur façon. Un moyen pour eux de mettre en lumière le patrimoine russe qui aurait besoin d'être restauré.