En Italie, le confinement engendre exaspération et colère

Après plus de trois semaines de confinement, certains Italiens remontent leurs difficultés à supporter les restrictions qui affectent leur vie quotidienne

CORONAVIRUS - Des tensions émergent en Italie, où le confinement national a été décrété il y a plus de trois semaines en réponse à la pandémie du coronavirus“On n’a plus un euro. On ne tiendra pas une semaine de plus dans ces conditions”, alerte un habitant de Palerme (Sicile), dans une vidéo mise en ligne ces jours-ci.

Si le gouvernement ne leur apporte pas plus de soutien, “la révolution va éclater”, prévient-il. “Je n’en peux plus. Je suis au bout du rouleau. Ils nous affament”, confie un commerçant de la ville de Bari, dans le sud de l’Italie.

“J’ai besoin de nourriture”

Une autre vidéo montre un groupe de gens interpellant des policiers stationnés devant une banque fermée. “On n’a plus de nourriture, ni d’argent. Ma boutique est fermée depuis maintenant 20 jours. De quoi suis-je censé vivre?” demande un homme. 

“Venez chez moi, s’il vous plaît. Vous verrez qu’il ne me reste plus rien. J’ai besoin de nourriture”, implore une femme. La solidarité initiale des Italiens face à la crise du coronavirus s’est manifestement estompée, notamment dans les régions pauvres du sud du pays, et les habitants supportent mal les restrictions qui affectent leur vie quotidienne. Les scènes d’Italiens chantant au balcon ont cédé la place à des images de frustration et de colère.

La semaine dernière, à Naples, un homme a déclenché une altercation entre les clients et le personnel d’une supérette, où il essayait de se procurer des biens de première nécessité (pâtes, tomates, pain, huile) qu’il ne pouvait pas payer. Un client ayant assisté à la scène a tenté de le défendre auprès du personnel: “Ce type n’a pas d’argent. Il n’achète pas du champagne ni du vin, juste l’essentiel!”

La semaine dernière, à Palerme, la police est intervenue dans un supermarché Lidl, où un groupe d’environ 20 familles ayant rempli leur chariot de nourriture ont tenté de partir sans payer. 

Il y a deux semaines, le gouvernement a annoncé qu’il débloquerait une enveloppe de 25 milliards d’euros, incluant des...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post