En Guinée-Bissau, la présidentielle est déjà contestée

L'élection présidentielle est terminée en Guinée-Bissau mais il n'est pas sûr qu'elle apporte la stabilité au pays... Après l'annonce de la victoire du candidat de l'opposition, Umaro Sissoco Embalo, son rival Domingos Simoes Pereira a déclaré qu'il s'agissait de fraude électorale et qu'il ne reconnaissait pas le résultat. Tous les deux anciens Premiers ministres, le gagnant et son adversaire ont remporté respectivement 53.55% et 46.45% des voix si l'on en croit la Commission Electorale Nationale. Embalo, le nouveau Président, n'avait fait que 28% au premier tour mais il a bénéficié du soutien des principaux candidats éliminés au premier tour. Général de réserve, spécialiste des questions de défense, il n'a que 47 ans et se présente comme un "rassembleur". Indépendante du Portugal depuis 1974, la Guinée Bissau compte moins de deux millions d'habitants. Avec cette présidentielle, le pays était censé sortir d'une crise politique qui durait depuis quatre ans.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles