Empreinte cérébrale, momies et grippe aviaire : l'actu des sciences en ultrabrèves

·2 min de lecture

Dans cette sélection du 28 octobre 2021 : chacun possède une empreinte cérébrale, l'origine des momies de l'Ouest chinois est enfin dévoilée et la grippe aviaire frappe les cormorans du Cap.

L'actualité des sciences du 28 octobre 2021 c'est :

Neurosciences :

  • Enrico Amico, chercheur à Lausanne, a découvert que chaque individu possède sa propre “empreinte cérébrale” permettant de l’identifier, quasiment comme les empreintes digitales au bout des doigts.

  • Au bout de 1 minute 40 avec l’aide d’une IRMf, on peut observer les connectomes cérébraux fonctionnels, c’est-à-dire une carte des réseaux neuronaux, et établir cette fameuse "empreinte cérébrale".

  • Les connectomes changent en fonction de l’exercice cérébral et des régions sollicitées, mais ils peuvent néanmoins permettre d'identifier un individu.

Archéologie :

  • Réputées pour leur apparence physique "indo-européenne" ou de type caucasien, les momies exhumées à l’ouest de la Chine dans les sables du désert du Taklamakan se révèlent être d’origine chinoise.

  • Des chercheurs ont comparé les génomes de certaines de ces momies avec ceux d’autres momies d’une région voisine et ont découvert qu’elles étaient les descendantes de cette population voisine.

  • Parmi ces dépouilles plurimillénaires se trouvaient l’une des plus belles momies du monde : celle d’une jeune femme aux longs cheveux bruns âgée de 4000 ans.

Oiseaux :

  • Sur environ 234.000 cormorans nichant au Cap, plus de 12000 sont morts de la grippe aviaire.

  • Selon une chercheuse de la préservation des animaux côtiers, il est impossible de soigner les cormorans atteints par cette maladie.

  • La seule solution pour endiguer sa propagation est de rapidement enlever les carcasses et d'euthanasier les oiseaux ayant des symptômes.

Archéologie : .

  • Grâce aux informations génétiques issues de l’ADN d’un échantillon de cheveux du chef Sitting Bull, un lien de parenté entre le célèbre chef amérindien et un descendant vivant a pu être établi.

  • En comparant avec l’ADN d’un présumé descendant, les chercheurs ont pu affirmer à 100% qu’il est l’arrière-petit-fils de Sitting Bull.

  • La même méthode pourra désormais être utilisée pour enquêter sur les liens avec d'au[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles