Empoisonnement de Navalny : Londres et Washington sanctionnent des hauts responsables russes

·2 min de lecture

De nouvelles sanctions contre des hauts responsables des services de sécurité russes pour leur rôle présumé dans l'empoisonnement de l'opposant au Kremlin Alexeï Navalny ont été annoncées par Londres et Washington. 

Londres et Washington ont annoncé vendredi de nouvelles sanctions contre des hauts responsables des services de sécurité russes pour leur rôle présumé dans l'empoisonnement de l'opposant au Kremlin Alexeï Navalny, survenu il y a exactement un an à bord d'un avion en Sibérie. Le ministère britannique des Affaires étrangères a ciblé sept personnes, identifiées comme étant membres des services de sécurité russes (FSB). Ces individus sont frappés par des interdictions de voyager et par le gel de leurs avoirs, des mesures «prises aux côtés de nos alliés américains», a-t-il précisé dans un communiqué.

Le Trésor américain a, lui, indiqué dans un communiqué distinct que neuf hauts responsables et deux laboratoires scientifiques étaient visées au total par cette troisième vague de sanctions américaines.

Le département d'État américain a désigné «deux laboratoires scientifiques du ministère russe de la Défense qui se sont engagés dans des activités visant à développer les capacités d'armes chimiques de la Russie», a expliqué le Trésor. Parallèlement, le secrétaire d'Etat américain a annoncé son intention de bloquer la propriété de deux navires russes et sanctionner deux autres ressortissants russes impliqués dans le projet de gazoduc Nord Stream 2. «Avec l'action d'aujourd'hui, l'administration a désormais sanctionné 7 personnes et identifié 16 de leurs navires comme des biens bloqués», détaille-t-il. M. Blinken rappelle l'opposition de principe des Etats-Unis au gazoduc Nord Stream 2.

Les gouvernements américain et allemand avaient annoncé le 21 juillet un accord pour clore leur dispute au sujet du gazoduc controversé. Le projet peut se poursuivre mais il n'empêche pas d'éventuelles sanctions contre la Russie si Moscou utilise(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles