Un employeur montpelliérain teste le congé menstruel

·1 min de lecture

C’est une première dans le monde du travail. Une entreprise basée à Montpellier, La Collective, expérimente le congé menstruel : il s’agit du droit pour chaque femme ayant des règles douloureuses de ne pas se rendre au travail pendant une journée. Cette journée reste rémunérée et l’employée n’a pas besoin de justificatif médical pour y avoir droit.

Dans cette entreprise de l’Hérault, qui fait notamment des collectes sur la voie publique pour des associations, une salariée a déjà profité de ce droit. Pauline, âgée de 24 ans et interrogée par nos confrères de France Info, explique qu’avant la mise en place de congé de 24 heures, elle "posait un jour de congé". En effet, ses missions se déroulant dans la rue "il faut quand même être de bonne humeur, et quand on souffre, c’est plus compliqué". Mais en posant une journée de congé, c’était une partie de son salaire qui était "perdue".

Ce congé, qui s’ajoute aux autres congés payés, est ouvert à tous les salariés de l’entreprise, en CDI ou en CDD. Jessica Martinez, l’une des associés de La Collective, précise dans quelle mesure il peut être pris. À l’inverse des congés payés traditionnels, le congé menstruel peut être "posé de manière immédiate". Cela revient à permettre aux salariées qui se sentiraient mal dès le réveil d’en informer leur supérieur, et de bénéficier de la journée intégralement payée.

>> A lire aussi - Le gouvernement va consacrer cinq millions d'euros à la lutte contre la précarité menstruelle

Le gérant de l’entreprise, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Hauts-de-Seine : les balcons menacent de s'effondrer, le bailleur ne prévoit pas de travaux
Un trafic de farine démantelé dans le Tarn
Une sénatrice surprise à la sortie d’un déjeuner à l’hôtel Meurice
Face à une dette colossale, l’Italie fait le pari d’une croissance “très forte”
Des hackers d’Indonésie arrêtés pour avoir détourné un montant colossal d'un programme d'aide aux Américains