Emplois fictifs du MoDem : un rapport confirme un « système » de détournement

·1 min de lecture
Le président du MoDem, François Bayrou, a vivement contesté les soupçons de la police anticorruption sur le détournement des fonds européens qui aurait permis de salarier les employés du parti centriste.

Selon la police anticorruption, le parti centriste aurait mis en place un système pour détourner des fonds européens afin de salarier ses employés.

C'est un dossier plus que jamais embarrassant pour le MoDem. Après quatre ans d'investigations, la police anticorruption a conclu dans un rapport que le parti centriste a mis en place un « système ancien et plus ou moins informel » de détournement des fonds européens pour salarier ses employés. Dans cette affaire, François Bayrou et plusieurs ex-eurodéputés sont mis en examen depuis fin 2019.

« J'affirme une fois de plus que ces accusations sont malveillantes et que ces allégations sont fausses. Et cela sera prouvé », a réagi mercredi sur Twitter le président du MoDem lors de la publication par Le Monde d'extraits de ce rapport de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff), chargé de cette affaire de soupçons d'emplois fictifs d'assistants d'eurodéputés.

À un an de la présidentielle, la révélation de cette synthèse de 29 pages, après presque 18 mois de poursuite discrète des investigations depuis la mise en examen du maire de Pau, remet en lumière un dossier embarrassant pour le MoDem, principal allié du président Emmanuel Macron.

À LIRE AUSSI Convoqué par les juges, Bayrou peut compter sur le soutien de Tapie

Le préjudice du Parlement européen estimé à 1,4 million d'euros

Dans ses conclusions, datées du 14 avril et consultées par l'AFP, l'Oclciff estime que « pour faire vivre son parti et assurer son fonctionnement à moindre coût, François Bayrou et Marielle de Sarnez, épaulés par les cadres du parti [...] Lire la suite

Ce contenu pourrait également vous intéresser :