Emplois fictifs: l'ancien Premier ministre François Fillon condamné à un an de prison ferme

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La cour d'appel de Paris a tranché. François Fillon a été condamné à quatre ans de prison, dont un an ferme, 375 000 euros d'amende et dix ans d'inéligibilité dans le dossier des emplois fictifs au bénéfice de son épouse Penelope.

La justice française se prononçait, lundi 9 mai, pour la deuxième fois dans l'affaire qui a défrayé la chronique lors de la campagne présidentielle 2017 du candidat de la droite, François Fillon. Un premier temps favori dans les sondages, il avait finalement été éliminé au premier tour, submergé par la révélation de soupçons d'emplois fictifs concernant son épouse, Penelope Fillon. Cette dernière s'est vu infliger deux ans de prison avec sursis et 375 000 euros d'amende, ainsi que deux ans d'inéligibilité.

Contrat fictif

La cour d'appel a relaxé les époux Fillon concernant le premier des trois contrats litigieux d'assistante parlementaire de Penelope Fillon, entre 1998 et 2002, « au bénéfice du doute ». Elle a, en revanche, confirmé la culpabilité concernant le contrat entre Mme Fillon et Marc Joulaud entre 2002 et 2007, ainsi que pour le contrat entre les époux en 2012-2013. Le contrat de conseillère littéraire de Penelope Fillon à la Revue des deux mondes a été jugé fictif.

Absents

Les époux Fillon, tout comme Marc Joulaud, l'ancien suppléant de François Fillon dans la Sarthe, condamné à trois ans de prison avec sursis, étaient absents lors du prononcé de la décision en début d'après-midi.

Le parquet général avait requis des peines inférieures à celles prononcées par le tribunal de première instance qui, en juin 2020, avait condamné l'ancien candidat de la droite à la présidentielle à cinq ans de prison dont deux ferme, 375 000 euros d'amende et dix ans d'inéligibilité.

L'ex-Premier ministre François Fillon a décidé de se pourvoir en cassation.

► À lire aussi : François Fillon de présidentiable à paria de la droite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles