Emploi : le secteur de la boulangerie recrute et se féminise

Depuis deux ans, Aurélie Ribay a repris une boulangerie dans le 10e arrondissement de Paris. Cadre pendant plus de 20 ans dans le secteur bancaire, elle a décidé de changer de vie à 45 ans. "L'idée de devenir boulangère, elle est surtout venue après un constat qu'il fallait que je change d'orientation, que je me reconnecte à des choses de la vie. Je suis entrée dans un monde de passion, alors que j'étais dans un monde de business", confie-t-elle. Revenir à des choses essentielles Aurélie Ribay a passé son CAP de boulangerie. Fabriquer le pain lui a permis de revenir à des choses essentielles. Son salaire a été divisé par quatre, en travaillant 15 heures par jour. À quelques kilomètres de là, dans un centre de formation, la profession attire de plus en plus de jeunes femmes, comme Marion Leblanc, 19 ans. "J'ai toujours voulu faire ça, depuis que je suis petite", glisse-t-elle. Depuis un an et demi, elle apprend les gestes du métier, en alternant une semaine en entreprise et une semaine en formation.