Emploi, commandes, production: le BTP s’inquiète pour son avenir

Errard, Guillaume
/ Maksim Safaniuk/Shutterstock

Les professionnels du bâtiment se montrent pessimistes pour leur secteur, dans un sondage réalisé entre fin février et fin mars par l’Insee.

Eiffage qui table sur un recul de ses résultats, Vinci qui revoit à la baisse ses objectifs ou encore Saint-Gobain qui réduit ses investissements: le BTP fait grise mine en ce moment. La crise du coronavirus n’est pas étrangère à ces déboires même si ce sondage a débuté le 26 février, soit un peu moins de trois semaines avant le début du confinement en France et s’est terminé le 23 mars. Confirmation avec un récent sondage publié par l’Insee: les professionnels du bâtiment que l’institut a interrogés, se montrent pessimistes quant à l’avenir du secteur.

» LIRE AUSSI - Coronavirus: des guides de bonnes pratiques pour garantir la sécurité sanitaire sur les sites

En mars 2020, les entrepreneurs sont en effet moins nombreux que le mois précédent, à prévoir une hausse de leur activité pour les trois prochains mois (le solde d’opinion - écart entre le pourcentage de réponse “en hausse” et le pourcentage de réponses “en baisse” est passé de +16% en février à +10% en mars). En revanche, ils sont plus nombreux à signaler une augmentation de leur activité durant le dernier trimestre (+20% contre +12% en février).

Le tableau est tout aussi noir du côté des perspectives d’emploi: les entrepreneurs sont de moins en moins nombreux à envisager d’augmenter leurs effectifs dans les trois prochains mois (le solde d’opinion est passé de +19,8% en février à +13,6% en mars). La faute à des carnets de commandes qui peinent à se remplir. «Compte tenu de leurs effectifs, les entrepreneurs estiment que les commandes assurent 7,9 mois de travail, à peine moins qu’en février mais nettement plus qu’en moyenne sur longue période (5,7 mois)», commente l’Insee.

» LIRE AUSSI - Coronavirus: les tensions s’apaisent entre le BTP et le gouvernement

Des effectifs au mieux stable, des carnets de commandes moins garnis: tout est réuni pour que les capacités de (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Les groupes immobiliers prudents sur l’impact du coronavirus sur leur activité
Coronavirus: dans quel état est le marché immobilier?