Emploi : la boulangerie, un secteur d’avenir qui recrute

À Magny-les-Hameaux (Essonne), Alain Motté prépare lui-même les croissants tous les matins dans sa boulangerie, faute de pâtissier. "Je ne trouve plus de personnel. Si j’ai quelqu’un qui se présente qui peut faire l’affaire je le prends, mais on travaille au coup par coup. On a plus ces embauches qu’on avait, on embauchait quelqu’un pour cinq, sept, huit, ans", commente ce dernier. Alain Motté recherche un pâtissier depuis plus de cinq ans, sans succès, et ce malgré le salaire de 2 500 euros par mois à la clé. Il y voit plusieurs explications. "C’est vrai qu’il faut penser à se coucher plus tôt parce qu’on commence de bonne heure, ça peut être une contrainte, reconnaît l’artisan. La contrainte des week-ends : on travaille pendant que les autres s’amusent." 9 000 postes en France Le boulanger forme lui-même ses recrues. Depuis l’automne 2020, Quentin Clément est en apprentissage et a eu l’embarras du choix, comme toute sa promo : "Dans ma classe de 25 élèves, il y en a deux qui n'ont pas réussi à trouver d’entreprise", assure-t-il. Au total, 9 000 postes sont à pourvoir en France. Avec l’exode urbain, de nombreuses enseignes seront également à reprendre. "Beaucoup de gens vont aller retourner habiter en province, ils reprennent des maisons dans les villages, et effectivement il faudra du pain pour tous ces gens-là", explique Dominique Anract, président de la Confédération nationale de la boulangerie.