Emoi à Bruxelles sur le sort du "Fuse", célèbre club électro

La boîte de nuit bruxelloise le "Fuse", un haut lieu de la musique électronique, a annoncé qu'elle était contrainte de fermer ses portes à la suite de restrictions imposées par les autorités, suscitant vendredi de nombreuses réactions indignées ou émues.

"C'est très TRES triste", a réagi sur Instagram Laurent Garnier, l'un des grands noms avec Carl Cox notamment à s'être produits dans ce club fondé en 1994, situé dans le quartier populaire des Marolles, non loin de la place du marché aux puces.

"Cela me fend le coeur", a renchéri la DJ belge Charlotte de Witte, tandis que de nombreux anonymes exprimaient leur incrédulité et leur soutien.

Une pétition a été mise en circulation pour sauver le club, qui attend une réponse des autorités dans les deux semaines pour savoir s'il sera en mesure de rouvrir.

"Après presque 29 ans d'existence, Fuse a reçu de l'Administration Régionale de Bruxelles (Bruxelles Environnement) l'ordre immédiat de jouer de la musique à 95 dB maximum et de fermer ses portes à 2h00 du matin. Il est impossible d'ouvrir un club dans ces circonstances, le club restera donc fermé à partir d'aujourd'hui", a annoncé la direction jeudi soir.

- "Un monument" -

Les restrictions sont liées aux "plaintes d'un voisin qui a acheté une maison adjacente il y a quelques années", explique encore le Fuse. Ce dernier a introduit un recours contre la mesure prise par les autorités régionales et une décision est attendue pour le 25 janvier.

"Il est très regrettable qu'un club emblématique rassemblant des milliers d'amateurs de musique et d'artistes, employant 10 personnes en semaine et 80 le week-end, soit mis en jeu à cause d'un voisin", poursuit le "club techno le plus ancien de Belgique", qui appelle les autorités régionales à "revenir sur cette décision".

"Le Fuse doit vivre. Il s'agit d'un monument qui a tellement apporté à notre capitale", a tweeté le bourgmestre (maire) de Bruxelles Philippe Close, s'engageant à "tout faire pour trouver une solution pour qu'il rouvre au plus vite".

Le ministre de l'Environnement du gouvernement régional de Bruxelles, Alain Maron, a aussi souhaité que "tous les efforts (soient) faits pour une réouverture rapide de ce haut lieu festif bruxellois". "C'est ma volonté et celle du gouvernement de la région de Bruxelles-Capitale", a-t-il tweeté.

alm/jca