Macron va s'entretenir avec Poutine en marge de la finale du Mondial

Berdah, Arthur
/ Metzel Mikhail/Tass/ABACA

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Comme il l'avait annoncé, le chef de l'État a confirmé qu'il se rendrait dimanche après-midi à Moscou pour la rencontre entre l'Équipe de France et le vainqueur de Croatie-Angleterre.

«Une compétition réussie est une compétition gagnée». Lorsqu'il a rencontré l'Équipe de France à Clairefontaine, début juin, Emmanuel Macron leur avait fixé la mission d'aller chercher «la deuxième étoile» en Russie. Comprendre: remporter la Coupe du monde pour la deuxième fois de l'histoire, vingt ans tout pile après l'exploit des Bleus de 1998. En déplacement en Bretagne, quelques jours plus tard, le chef de l'État s'était montré confiant: «Sincèrement, je pense qu'on va gagner».

Preuve de son optimisme, le locataire de l'Élysée s'était engagé à aller soutenir les hommes de Didier Deschamps «quand» ils auraient passé les quarts de finale, et non pas «s'ils» les passaient. Promesse tenue, mardi soir, puisqu'il s'est rendu au Krestovsky Stadium, à Saint-Pétersbourg, pour assister à la demi-finale qui a vu l'Équipe de France prendre le meilleur de la Belgique (1-0) et décrocher son billet pour la finale de la compétition, face à la Croatie ou à l'Angleterre.

Contacté par Le Figaro et l'AFP, l'Élysée a confirmé qu'Emmanuel Macron se rendrait bien au Stade Loujniki de Moscou, dimanche, pour assister à la rencontre. La première dame Brigitte Macron devrait aussi être du voyage. En revanche, selon nos informations, il se pourrait que la délégation autorisée à l'accompagner en tribune présidentielle soit moindre que celle qu'il a pu inviter mardi soir... Soit un chiffre vraiment famélique: seules cinq personnalités avaient pu être du voyage.

Mercredi, l'Élysée a fait savoir qu'Emmanuel Macron profiterait de ce déplacement pour s'entretenir avec son homologue Vladimir Poutine. Président du pays organisateur de la Coupe du monde, le président russe assistera (...) Lire la suite sur Figaro.fr

«Sarkothon», «RN-thon»..: quand les partis prennent les militants au porte-feuille
Les politiques premiers supporters des Bleus
Soupçonné de fraude fiscale, Thierry Solère (LaREM) perd son immunité parlementaire
Conflits d'intérêts : le gouvernement retire à Nyssen la régulation de l'édition
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro