Quand Emmanuel Macron vole à la rescousse de Gérald Darmanin !

·1 min de lecture

« Ça m'a toujours choqué de rentrer dans un hypermarché et de voir qu'il y avait un rayon de telle cuisine communautaire et de telle autre à côté (…) C'est comme ça, que ça commence le communautarisme. » La phrase prononcée par Gérald Darmanin sur BFM TV le 20 octobre dernier, jour de l’hommage à Samuel Paty, est loin d’avoir fait l’unanimité. Droit dans ses bottes et malgré la polémique, le ministre de l’Intérieur avait pourtant maintenu ses propos le lendemain sur les réseaux sociaux. « Le jour où la question des rayons de supermarché sera prioritaire pour le gouvernement, c'est que nous aurons réglé un certain nombre d'autres questions auparavant », avait réagi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal en conférence de presse.

Emmanuel Macron, lui, se serait montré beaucoup plus clément envers son ministre qu’il a décidé de défendre sans toutefois valider ses propos. « Il fait une émission de deux heures où il est très bon et on ne retient que ça », aurait déploré le chef de l’État, rapporte le JDD dans une indiscrétion ce dimanche 25 octobre. Selon l’hebdomadaire, le président de la République aurait invité les médias à « ne pas suivre le travers des réseaux sociaux qui consiste à toujours souligner ce qui divise ».

La petite phrase de Gérald Darmanin avait fait bondir de nombreuses personnalités politiques à l’image de François Hollande. « Le populisme commence dans les rayons de l’amalgame et le bazar de la confusion », dénonçait ce samedi 24 octobre dans Libération (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Annie Girardot : ces 2 stars qui l’ont discrètement aidée à la fin de sa vie
« Il y a les opportunistes et les cyniques »… Quand François Baroin parle de Marine Le Pen
Mask Singer : "Tellement déçu", "c’est qui"... La star internationale n’a pas fait l’unanimité !
Hugo Clément : son gros coup de gueule contre des stars de télé-réalité (Les Marseillais) “irresponsables”
Héritage de Karl Lagerfeld : Baptiste Giabiconi est clair, “Je suis l’héritier principal”