Face à Emmanuel Macron à la Pitié-Salpétrière, les mots forts de ce médecin

POLITIQUE - La visite ne figurait pas à son agenda. Elle s’est ajoutée quelques heures avant que le président de la République décolle pour Naples où il participera ce jeudi 27 février à un sommet franco-italien. Emmanuel Macron est allé dans la matinée à la rencontre du personnel de l’hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris où est décédé le premier Français contaminé par le coronavirus. 

Objectif, selon l’Élysée: “délivrer un message rassurant et assurer les Français de la pleine mobilisation des services de santé français qui figurent parmi les plus performants au monde”. “Je compte sur vous et vous pouvez compter sur moi”, a-t-il déclaré au personnel soignant, évoquant “une épidémie qu’on a devant nous et qu’il va falloir gérer au mieux”.

Pour cette visite dans les services qui s’est déroulée dans un premier temps à l’abri des caméras, le chef de l’État était accompagné du ministre de la Santé Olivier Véran, du directeur général de la Santé Jérôme Salomon et du directeur général de l’APHP Martin Hirsch.

Mais à l’issue de son passage dans les services où pourraient être traitées les personnes touchées par le coronavirus et avant un dialogue avec les médecins devant les journalistes sur le coronavirus, le président de la République a été interpellé par un neurologue sur la situation de l’hôpital public. “Donnez-nous les moyens de soigner. On ne peut pas se contenter d’effets d’annonce”, a exhorté ce médecin faisant une comparaison avec l’incendie de Notre-Dame au printemps 2019.

Emmanuel Macron qui a assuré “ne pas être dans le déni de la situation de l’hôpital public” a promis une rencontre prochaine pour discuter de ce sujet sensible. “Ce que vous vivez justifie qu’on aille plus vite et plus fort”, a-t-il estimé.

Mais il n’a pas aussi s’empêcher de tacler “l’hypocrisie” de certains de ses opposants, sans que l’on sache s’il ciblait les politiques ou les membres du collectif “Inter-Hôpitaux” qu’il recevra prochainement avec le ministre.

À voir également sur Le HuffPost: “La mort dans l’âme”, ces hospitaliers ne voient pas d’autre choix que la démission

LIRE AUSSI

Coronavirus: méfiez-vous des traitements qui circulent sur les réseaux sociaux

Le coronavirus peut-il faire reporter les municipales? Ce n'est pas à l'ordre du jour

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.