Emmanuel Macron vise un déconfinement "territorialisé" en France à partir de mi-mai

·3 min de lecture

Le président français Emmanuel Macron a affirmé, jeudi, qu'il comptait toujours rouvrir des musées et des terrasses à partir de mi-mai en insistant sur l'aspect "progressif" et "territorialisé" de ce déconfinement. Le chef de l'État a en revanche confirmé que les établissements scolaires rouvriraient aux dates prévues fin avril-début mai. Des propos rapportés tenus le même jour où la France a dépassé le seuil symbolique de 100 000 personnes décédées du Covid-19.

Prudence, progressivité, et territorialisation. Ce sont les maîtres mots du déconfinement que le chef de l’État souhaite toujours lancer à partir de mi-mai, selon ses déclarations jeudi 15 avril devant des maires.

Le président Macron a ainsi confirmé à une quinzaine de maires qu'il comptait toujours rouvrir des musées et des terrasses à partir de la mi-mai, avant de poursuivre une réouverture progressive, par étapes "toutes les trois semaines si tout va bien", ont indiqué à l'AFP plusieurs participants à cette visioconférence.

Le chef de l'État a également confirmé que les établissements scolaires rouvriraient aux dates prévues (26 avril pour les écoles et 3 mai pour les collèges et lycées), dates selon lui "gravées dans le marbre", a précisé un maire. L'Élysée n'a pas commenté ces propos rapportés.

Le chef de l'État "a été très ferme sur la réouverture des écoles", a rapporté Marie-Claude Jarrot, maire DVD de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), à l'AFP.

"Ne pas rejouer le déconfinement de mai 2020"

Emmanuel Macron, qui a ensuite réuni une dizaine de ministres par visioconférence, ne s'est, selon elle, en revanche "pas engagé sur la date de la mi-mai pour la réouverture des lieux culturels" mais a répété que "la priorité était les musées et les terrasses".

Le président de la République a laissé entendre que ces réouvertures pourraient être "territorialisées" en fonction des situations sanitaires dans les différentes régions, pour "ne pas rejouer le déconfinement de mai dernier", selon plusieurs maires. Aucune date n'a été donnée précisément pour la réouverture des restaurants, qui interviendrait dans un deuxième temps.

Cette intervention du chef de l’État traduit la volonté de relancer progressivement l’activité économique tandis que la France a franchi le cap des 100 000 morts jeudi.

"Nous n'oublierons aucun visage, aucun nom", a réagi Emmanuel Macron dans un message sur Twitter. "Depuis le début de la pandémie, 100 000 Françaises et Français ont succombé au virus. Nous avons tous une pensée pour leurs familles, leurs proches, pour les enfants qui ont perdu un parent ou un grand-parent, les fratries endeuillées, les amitiés fauchées".

"Et si toute notre énergie est aujourd'hui tournée vers la sortie de cette épreuve, nous n'oublierons aucun visage, aucun nom", a-t-il ajouté.

En franchissant jeudi la barre symbolique des 100 000 décès, la France rejoint en Europe la Grande-Bretagne (127 000 morts) et l'Italie (115 000 morts). D'autres pays (Belgique, Portugal) ont une mortalité plus élevée par habitant.

Avec AFP