Emmanuel Macron très remonté : "L'indignité est parfois sans limite"

Alors que le gouvernement peaufine encore son plan de déconfinement, tout en gérant l'évolution de la crise du coronavirus en parallèle, Emmanuel Macron continue de maintenir ses troupes sous pression. Il met beaucoup de poids sur les épaules de ses ministres et notamment d'Édouard Philippe, qu'il a sommé mi-avril de mettre au point le dispositif de déconfinement. Une tâche considérée par certains comme un véritable casse-tête, voire une "mission suicide" par d'autres, selon Le Parisien.

Au milieu de ce marasme politique, il y a forcément des polémiques, dont le président de la République se serait bien passé. Il a souvent bien du mal à cacher sa colère mais garde, même dans ces moments-là, le sens de la formule. Selon Le Canard enchaîné du 22 avril, Emmanuel Macron a été ulcéré par les plaintes déposées à la Cour de justice de la République, contre Édouard Philippe ou d'autres ministres, pour "mise en danger de la vie d'autrui", "homicide", "blessures involontaires" ou encore "non-assistance à personne en danger".

Ces plaintes, au nombre de 28, ont été déposées par des particuliers ou des associations. Mais ce qui a sans doute le plus énervé le chef de l'État à ce sujet, c'est que des élus Les Républicains -comme Éric Ciotti, Damien Abad ou Bruno Retailleau- jugent la "démarche légitime", souligne le journal satirique. À tel point qu'il aurait dit ceci sur eux en coulisses : "Les mêmes qui font mine de ne pas vouloir de polémiques, et menacent le gouvernement de tous les procès.

Retrouvez cet article sur GALA

PHOTO - Cet incroyable cliché du roi de Thaïlande il y a trois ans
VIDÉO - Bernard Montiel défend son confinement au bord de la mer : « Je suis chez moi »
Kanye West fait son entrée dans un cercle très prestigieux
Ce cadeau dément fait par le président syrien Bachar Al-Assad à sa femme
PHOTOS - 3 bonnes raisons de succomber aux cosmétiques à base de cannabis