Emmanuel Macron s'oppose à Eric Zemmour sur le handicap devant des proches

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Emmanuel Macron à l'Elysée, le 12 janvier 2022 (Photo by LUDOVIC MARIN/AFP via Getty Images) (Photo: LUDOVIC MARIN via Getty Images)
Emmanuel Macron à l'Elysée, le 12 janvier 2022 (Photo by LUDOVIC MARIN/AFP via Getty Images) (Photo: LUDOVIC MARIN via Getty Images)

POLITIQUE - C’est la polémique du week-end et elle est signée... Éric Zemmour. Les propos du candidat d’extrême droite sur les enfants handicapés ont fait réagir jusqu’à l’Élysée.

En déplacement dans le Nord vendredi 14 janvier, Éric Zemmour a expliqué “penser qu’il faut effectivement des établissements spécialisés, sauf pour les gens légèrement handicapés évidemment”, dénonçant dans le même temps “l’obsession de l’inclusion”. “Donc je pense qu’il faut des enseignants spécialisés qui s’en occupent”, a-t-il ajouté, provoquant un tollé dans le monde politique et parmi les associations spécialisées qui dénoncent “une ségrégation” ou une “mise à part scandaleuse”.

Selon les informations du Parisien confirmées parfranceinfo, le président de la République aussi s’est indigné de cette prise des position. Devant des proches, Emmanuel Macron a tenu ces mots, rapportés par nos confrères, directement adressés à l’un de ses concurrents à la présidentielle: “On ne peut se prétendre amoureux de la France et nier à ce point ce que nous sommes. Une nation solidaire, humaniste, qui ne divise ni ne stigmatise. Une nation qui, par-delà les sensibilités politiques, a toujours su faire des différences une richesse et une force”.

“Le handicap, c’était ma carte blanche lors du débat de 2017”

Selon Le Parisien, Emmanuel Macron a aussi rappelé que sa “carte blanche”, lors du débat de l’entre-deux-tours qui l’opposait à Marine Le Pen, portait sur cette question. “Le handicap, c’était ma carte blanche lors du débat d’entre deux tours de 2017 (…). Il ne s’est depuis pas passé une semaine où je ne me suis battu, notamment pour permettre aux enfants d’aller à l’école comme et avec les autres”, a-t-il ajouté selon le quotidien ainsi que franceinfo. Selon nos informations, ces propos ont été tenus samedi 15 janvier.

Marine Le Pen avait alors répondu: ” Vous êtes tellement attaché au handicap, vous devriez regarder notre projet avec Nicolas Dupont-Aignan qui accorde notamment une part fiscale pleine pour un enfant en situation de handicap. La loi de 2005 (qui reconnaît notamment le droit aux enfants handicapés d’intégrer une école ordinaire, NDLR) n’a jamais été appliquée par aucun gouvernement, pas plus celui auquel vous avez participé”.

En France, il y a 12 millions de personnes handicapées. Devant des associations spécialisées en 2020, Emmanuel Macron avait déclaré: “le chemin n’est pas terminé”. Le président avait notamment promis qu’aucun enfant “ne sera(it) sans solution de scolarisation en septembre prochain”. Si les chiffres officiels sont difficiles à obtenir, un article du Figaroà la rentrée 2021 établissait qu’il restait encore des enfants sans solution en septembre dernier.

À voir également sur Le HuffPost:Né sans jambes ni bras, ce coach de football marocain est surnommé “l’entraîneur miracle”

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles