Emmanuel Macron rend hommage à Françoise Rudetzki, "aiguillon de la République"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
L'hommage à Françoise Rudetzki, le 1er juin 2022.  - BFMTV
L'hommage à Françoise Rudetzki, le 1er juin 2022. - BFMTV

"Françoise Rudetzki était la figure tutélaire de toutes les victimes du terrorisme". Emmanuel Macron a salué, ce mercredi, lors d'un hommage national à Paris, la mémoire de l'inlassable porte-parole des victimes d'attentat, décédée le 17 mai.

Dans une cour des Invalides écrasée par le soleil, le président, la fille et le frère de Françoise Rudetzki ainsi que deux victimes d'attentats, en présence de nombreux politiques et membres du gouvernement ont loué une "obstinée solaire", qui a "fait de son drame personnel un combat collectif".

Décédée à 73 ans, Françoise Rudetzki avait créé en 1985 SOS Attentat, première association de défense des victimes du terrorisme, date qui marquait le début d'une vague d'attentats meurtriers à Paris, liés au conflit au Proche-Orient.

Elle-même victime d'un attentat en 1983

Le 23 décembre 1983, Françoise Rudetzki est elle-même victime d'un attentat à la bombe au restaurant du Grand Véfour. L'explosion projette une porte métallique qui écrase ses jambes. Elle contracte ensuite le VIH, à la suite d'une transfusion.

Malgré une "vie de douleur", selon les mots d'Emmanuel Macron, "elle a refusé la défaite". À sa sortie du coma, sa première lecture sera un Code pénal: le début d'un long combat pour la reconnaissance des droits des victimes du terrorisme.

À la tribune, Christiane Merlino, victime de l'attentat du métro Port-Royal, en 1996, se souvient de la "boîte de chocolats" qu'elle a reçue sur son lit d'hôpital, "avec un mot d'SOS Attentat". Sa voix tremble lorsqu'elle se souvient des "innombrables démarches, mailing, plis" effectués par l'association pour lutter contre l'oubli et le vide juridique auxquels faisaient alors face les victimes.

"Les avancées qu'elle a permis ne doivent pas mourir avec elle"

Un combat qui a permis de nombreuses avancées, rappelées par le président de la République: dès 1986, elle avait obtenu la création du Fonds de garantie des victimes d'actes de terrorisme, une garantie étendue en 1990 à l'ensemble des victimes d'infractions pénales (viols, agressions, braquages). Les victimes ont également obtenu le droit de se constituer partie civile dans les procès en terrorisme, et ont été reconnues comme des victimes civiles de guerre.

"Ma mère est morte mais les avancées qu'elle a permis ne doivent pas mourir avec elle", a affirmé avec force sa fille, Déborah Rudetzki. "De cet édifice de fraternité, nous en serons le gardien, je m'y engage", a répondu le président de la République.

Celle qui a frappé à la porte de nombreux locataires de l'Élysée "n'acceptait pas qu'on lui dise non", a rappelé Emmanuel Macron qui a accédé à sa demande de création d'un musée mémorial pour les victimes du terrorisme. Son ouverture est prévue d'ici 2027.

Le chef de l'État a ensuite déposé une gerbe au pied de l'urne. "Fugaces instants d'honneurs pour célébrer le combat d'une vie", a souligné Caroline Langlade, victime de l'attentat du Bataclan.

Article original publié sur BFMTV.com