Emmanuel Macron rend hommage à Jean-Luc Godard, « un trésor national »

Photo
Photo

Emmanuel Macron photographié à l’Élysée lundi 12 septembre (illustration)

POLITIQUE - « Nous perdons un trésor national, un regard de génie ». Après l’annonce de la mort du cinéaste Jean-Luc Godard ce mardi 13 septembre, les hommages pleuvent, y compris au sein de la classe politique. Emmanuel Macron n’a pas dérogé pas à la règle, en publiant sur Twitter quelques mots à la mémoire du réalisateur.

« Ce fut comme une apparition dans le cinéma français. Puis il en devint un maître. Jean-Luc Godard, le plus iconoclaste des cinéastes de la Nouvelle Vague, avait inventé un art résolument moderne, intensément libre », a tweeté le chef de l’État, joignant à son message un cliché de l’artiste franco-suisse disparu ce jour.

Ministre de la culture, Rima Abdul Malak a également donné libre cours à son émotion. « Jean-Luc Godard a brûlé tous les codes du cinéma, faisant déferler sur le monde une vague d’audace, de liberté et d’irrévérence. Il nous laisse un ’livre d’image’ à l’empreinte inoubliable », a-t-elle tweeté, en référence au film collage réalisé par Jean-Luc Godard en 2018.

« Jean-Luc Godard rejoint Belmondo et Seberg. À bout de souffle à jamais. Mais aussi Le Mépris et tant d’autres. Il a marqué le cinéma comme peu d’autres », a renchéri, toujours pour le gouvernement le ministre en charge de l’Industrie, Roland Lescure.

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Le cinéaste s’est éteint à l’âge de 91 ans, dans la petite commune suisse de Rolle où il résidait. « Aucune cérémonie officielle n’aura lieu. Jean-Luc Godard est décédé paisiblement à son domicile entouré de ses proches. Il sera incinéré », indique un bref communiqué transmis à l’AFP par le Conseil juridique et fiscal de la famille, Patrick Jeanneret.

Une discrétion qui n’étonnera personne, tant le réalisateur du « Mépris » semblait accorder peu d’importance aux honneurs. En 1981, il avait été nommé pour recevoir l’ordre national du Mérite, ce qu’il avait refusé, arguant : « Je n’aime pas recevoir d’ordre, et je n’ai aucun mérite ».

À voir également sur Le HuffPost :

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi