L'Ena remplacée par l'Institut du service public (et voici à quoi ça va ressembler)

Romain Herreros
·Journaliste politique
·1 min de lecture
Emmanuel Macron lors d'une visite sur le thème de l'autisme le 2 avril (illustration) (Photo: JEFF PACHOUD  AFP)
Emmanuel Macron lors d'une visite sur le thème de l'autisme le 2 avril (illustration) (Photo: JEFF PACHOUD AFP)

POLITIQUE - Le serpent de mer remonte (pour de bon) à la surface. Ce jeudi 8 avril, Emmanuel Macron officialise la suppression (maintes fois évoquées) de l’École nationale de l’administration (ENA), souvent dépeinte comme un lieu de reproduction d’une élite jugée “hors sol” et technocratique. Pour la remplacer, le chef de l’État annonce à l’occasion de la Convention managériale de l’Etat la création de l’Institut du service public (ISP).

Le président de la République avait évoqué la disparation de l’ENA -dont il est lui même issu- le 25 avril 2019, en marge du “grand débat” organisé pour sortir de la crise des gilets jaunes. “Pas pour se donner le plaisir de supprimer, mais pour bâtir quelque chose qui fonctionne mieux”, avait-il indiqué. Deux ans plus tard quasiment jour pour jour, le chef de l’État rend sa copie et son entourage vante “un changement en profondeur et inédit depuis l’ordonnance de 1945 du général de Gaulle”, laquelle avait donné naissance à l’ENA.

“Mettre fin à la rente à vie”

Une “révolution” qui consiste dans un premier temps à “mettre fin à la rente à vie et au parcours automatique en vigueur”, en supprimant le système d’affectation dans les grands corps (Cour des comptes, Conseil d’État et inspection générale des finances) par classement en sortie d’école. “L’affectation dans ces corps était devenue une fin en soi, alors que l’engagement doit être fait au service du public et de l’intérêt général”, justifie l’entourage d’Emm...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.