Emmanuel Macron refuse la démission de Gabriel Attal... Faute de remplaçant ?

Après la défaite du camp présidentiel aux élections législatives anticipées, Gabriel Attal avait annoncé qu'il présenterait sa démission à Emmanuel Macron, ce 7 juillet au soir. Mais le chef de l'État estime que sa place est encore à Matignon « pour le moment » et a demandé au Premier ministre de rester pour « assurer la stabilité du pays ». « Il l’a remercié pour les campagnes des élections européennes et législatives qu’il a menées », a ajouté la présidence.

Si aucun camp ne semble en mesure de gouverner seul, la gauche - qui a remporté 190 sièges environ - met déjà la pression sur Matignon. La cheffe des écologistes Marine Tondelier a estimé qu'Emmanuel Macron « devrait appeler aujourd'hui » la gauche « à lui transmettre un nom de Premier ministre ». Le socialiste Olivier Faure a pour sa part souhaité que le NFP « puisse être en mesure de présenter une candidature » pour Matignon « dans la semaine ».

À lire aussi « Une autre Marine est possible ! » : la liesse et l'espoir chez les écolos de Marine Tondelier

Les dernières déclarations de l'insoumise Mathilde Panot risquent en tout cas de cristalliser les tensions au sein de la fragile union : celle-ci a jugé que le leader controversé de LFI Jean-Luc Mélenchon « n'est absolument pas disqualifié » pour ce poste. Point de vue que ne partagent pas ses alliés, alors que les rapports de force ont évolué au sein de l'alliance de gauche où La France insoumise est moins hégémonique, d'autant que ses « frondeurs » comme ...


Lire la suite sur ParisMatch